dimanche 20 septembre 2020

"Grand concert d'ouverture N° 2 " : mise sur orbite: qui va piano, ne va pas toujours "sano" !

 

Pour la première fois arrimé à Strasbourg, le Basel Sinfonietta défie les lois de la gravité avec Georg Friedrich Haas et Simon Steen-Andersen. Ces deux pages orchestrales qui jouent sur l’espace et l’apesanteur sont précédées d’une oeuvre-manifeste de Marina Rosenfeld dont l’interprétation est confiée à un choeur d’adolescent·e·s créé pour l’occasion.programme


Marina Rosenfeld création française
Georg Friedrich Haas
Joshua Tree (2020)
création mondiale
Simon Steen-Andersen création française

 


Teenage Lontano

Marina Rosenfeld

"La « reprise » est une pratique plus commune à la pop. Pourtant, c’est bien à cet exercice que se livre Marina Rosenfeld avec l’oeuvre emblématique de György Ligeti, Lontano (1967). Sa micropolyphonie et ses masses sonores ne sont plus confiées à l’orchestre, mais à un choeur d’adolescent·e·s. La possibilité pour des chanteurs amateurs d’interpréter une page si complexe est offerte par l’ear score, une partition auditive numérique permettant à la compositrice de susurrer les notes aux choristes via des oreillettes. Une innovation, un manifeste pour la réappropriation du répertoire du xxe siècle – et surtout, un tableau de l’avenir peint en des couleurs irréelles."

Comme une  ligne de chanteurs scénographiée, mise en scène de trente deux corps éclairés par des rasants, en jean et baskets: le dispositif scénique organisé au centre, les spectateurs de part et d'autre de cet étrange face à face, dos à dos.La bande son zigzaguante en écho réflexif filtre les sons étranges venus d'un ailleurs cosmique inconnu. Le chemin de lumières mène au zégbrage de sons, fulgurants, traçant une ligne droite stable: les jeunes tiennent vocalement de longues notes en respiration continue, commune alors que plane la bande son au dessus de nos têtes. Des sifflets en alternance ponctuent l'atmosphère, le son circule enondes, harmoniques et fréquences se répartissant l'espace. La voute sonore se sessine dans l'amplification spatiale, en rafales, détonations, zébrures, tirs et salves. Une oeuvre à regarder en appréciant le professionnalisme des chanteurs-choristes alignés devant nous dans une "proximité" astucieuse et opérante.e

conception Marina Rosenfeld

Chœur du Lycée Stanislas de Wissembourg
chef de choeur | Stéphane Hummel
Chœur du Schiller-Gymnasium de Offenbourg
chef de chœur | Winfried Oelbe
Elèves du Lycée Marie Curie de Strasbourg
enseignante | Christiane Didierjean
Chorale du Stift
chef de chœur | Antoine Hummel


Joshua Tree

Georg Friedrich Haas

"C’est lors d’un séjour dans le parc national de Joshua Tree, au sud de la Californie, l’un des plus beaux endroits au monde pour contempler la voûte céleste, qu’est née cette page orchestrale inspirée par la mutation lente et progressive de la nuit étoilée. « Lorsqu’on observe le ciel à l’oeil nu, nous dit Georg Friedrich Haas, on ne peut s’empêcher de fixer des groupes d’étoiles et d’en faire des images. Mais si l’on se saisit d’un télescope, on voit des points lumineux en si grand nombre qu’il devient impossible d’identifier des structures. Tout est affaire de densités et de mouvements imperceptibles. C’est ce phénomène que j’ai voulu transposer. »

Une formation "classique" orchestrale majestueuse pour ce second concert d'ouverture , cela "rassure", installe, mais on va rapidement déplacer ses fantasmes de "confort" pour atteindre une musique en immersion totale, sonore, mouvante, fluide.Des ondes de vibrations des cordes, émergence des vents pour une ambiance étrange.Jeu de cordes pincées, piqués, volume qui se déploie, s'impose allègrement, harpe qui se fond dans le parterre d'instruments à cordes murmurants. La fluidité aquatique opérant pour cette traversée dans les flots sonores apaisants.

Basel Sinfonietta
direction musicale Baldur Brönnimann


Piano Concerto

Simon Steen-Andersen

"Un piano à queue est lâché d’une hauteur de trois étages. Ainsi débute ce concerto qui défie radicalement les lois du genre. L’observation de la chute, sans nihilisme aucun, laisse place à la beauté de la gravitation et de la destruction, sondée de manière ironique et insouciante. « Dead-serious playfullness », selon les termes de Simon Steen-Andersen, une joie mortellement sérieuse. Au-delà du geste spectaculaire, réalisé en une seule prise et projeté à l’écran, l’instrument en ruine libère progressivement une méta-histoire du piano moderne – du fantôme beethovénien à Fluxus, du piano préparé de John Cage aux corps résonants de la musique spectrale."

C'est à une oeuvre tectonique que nous sommes à présent confrontés.Sur l'écran, un piano vient s'effondrer dans une image au ralenti sur fond de tonnerre de sons.Magistrale image qui va impacter la pièce; la mise en scène en bord de plateau dédoublant le pianiste en un second personnage animé sur cartonnage disturbe l'espace et le temps à loisir. Un solo de piano en notes détachées, dans un vacarme déferlant, mécanique, de l'orchestre qui s'anime.L'image virtuel de l'interprète au clavier, tétanisée ou arr^étée en chemin, provoque sourires et distanciation! L'humour et le comique décalent, désoriente: cassures, éclats, brisures et décompositions fractales s'imposent.Les ruptures tectoniques rapellent la chute et les rebonds du piano à l'image.Le fracas, le crasch-landing sur tarmac d'un OVNI fait écho dans les mémoires immédiates.Grande messe symphonique pour catastrophe instrumentale, avalanche disharmonique, clins d'oeil, pastiche et caricature d'accidents, d'incidents de route....La musique "sonne faux" sous les doigts surdimensionnés du pianiste à l'image projetée.Au final tout explose, se rompt, éclate, éclabousse de brisures et fractures l'environnement virtuel et sonore.Le piano tombe, chute à l'envi, rebondit, s'envole en vitesse précipitée, image pixilée.Et l'on se taille une valse de guingois pour ce bal singulier, violent, fantastique, cruel. Qui va piano, ne va pas "sano" !

 

Basel Sinfonietta
direction musicale Baldur Brönnimann
piano Nicolas Hodges

0 commentaires:

Publier un commentaire