mercredi 29 novembre 2017

Lisbeth Gruwez de Voetvolk:"We're pretty fuckin' far from okay": même pas peur !




Dans le couloir de nos peurs, Lisbeth Gruwez, a choisi de se précipiter. En duo avec Wannes Labath, elle se livre à une passionnante dissection de ses manifestations. Tandis que la musique se fait souffle haletant, un étrange saisissement parcours l’espace et irradie les corps. Un homme, une femme, et juste deux chaises pour un captivant duo sous haute tension. Que ressent-on à l’épreuve de la peur, comment le corps réagit-il ? C’est en posant des questions semblables que Lisbeth Gruwez a abordé cette création. Des interrogations qui font suite à It's going to get worse and worse and worse, my friend, l’une de ses précédentes pièces conçue comme une radicale mise à l’épreuve du corps sous le flot de discours politiques ou religieux. We're pretty fuckin' far from okay est le troisième volet, avec AH/HA de cette recherche sur le corps extatique menée par la chorégraphe.
Etats de sièges
Deux personnages, vêtus de combinaisons rosées-grises, sur deux chaises vont tenter de sortir de l'aliénation de la peur de soi-même, des autres. Figés dans la lenteur, micro-gestes parsemés de soubresauts, infimes mouvements, tout concourt à semer la confusion, le désordre obsessionnel de la folie, de la schizophrénie. Les corps enfermés, stressés, opprimés par une intériorisation extrême, s'ignorent, se côtoient dans l'indifférence.
Un lieu unique, la chaise pour seul support de leurs évolutions, rehaussées par le rythme accéléré d'une musique haletante, respirations et souffles étouffants comme pour mieux faire taire et étouffer l'expression des corps muselés.
En un combat singulier
Corps à corps, l'homme, la femme vont se rencontrer, s'affronter toujours dans la lenteur, consentie, assumée comme un combat singulier: ils s'attrapent , s’enlacent et toujours vont caresser la superficie de leur être, se gratter furieusement, en répétition maladive, obsessionnelle;duo de poids qui se livrent, se libèrent, se confient, duel tendre, inquiet et perturbé par le déséquilibre, fébrile; ils se soutiennent solidaires intempestifs, solitaires malgré tout, s'auscultent là où ça fait mal.Les vêtements s'étirent, se mêlent à la bagarre et se font interprètes du déchirement interne qui hante Lisbeth Gruwez et Wannes Labath. Dans un train d'enfer, une accélération orgasmique intense après s'être débattus contre un ennemi fantoche, absent mais omniprésent!Comme deux bêtes traquées qui s'enlisent peu à peu, pris au piège dans la toile arachnéenne du destin tissé de malaises, de peurs...Pourchassées par les fantasmes de la folie, en blouse plissée de nos strates désaxées et perturbées.
Une pièce inquiétante et révélatrice d’obsessions gestuelle, très graphiques, fortes et troublantes.Ici, on apprend à observer et vivre en empathie les affres et troubles des peurs ancestrales, remuées par l'actualité.

A Pole Sud les 29 et 30 Novembre

mardi 28 novembre 2017

Santons danseurs !






dimanche 26 novembre 2017

Irving Penn: "Dancer"




samedi 25 novembre 2017

"Lisbeth Gruwez dances Bob Dylan": Nobel et Noblesse de la danse!




Complicité et douce nostalgie : Lisbeth Gruwez, interprète d’exception, danse sur les musiques de Bob Dylan. C’est aussi simple et beau qu’une longue amitié. Le chanteur et poète américain a marqué une époque. Et la danse à son tour y apporte son écho silencieux naviguant entre paroles et mélodies.
«Bob Dylan vaut mieux qu’un long discours», a-t-on écrit. Et pourquoi pas une danse ? Ce n’est sans doute pas Lisbeth Gruwez, danseuse égérie du dramaturge Jan Fabre, qui viendra contredire cette proposition. Celle qui l’an dernier bouleversait le public par la puissance de ses gestes tranchant l’espace, s’abandonne à la fluidité sur les musiques de Bob Dylan. Accompagnée de Maarten Van Cauwenberghe choisissant un à un les titres du chanteur gravés sur de vieux vinyles, Lisbeth Gruwez privilégie le dialogue silencieux, intime, parfois jusqu’à l’unisson d’une écoute commune, de ces chansons des années 60, qu'elle a appris à aimer grâce à lui. Dans cette pièce d'une grande douceur, épurée jusqu’à la mélancolie, la danseuse délie ses gestes jusqu’à dévoiler l’éphémère beauté et la tendre alchimie des instants partagés.
Chansons de gestes
Elle apparaît, seule, frêle sur le plateau du studio de Pôle Sud. En chemise blanche, pantalon souple noir,pieds nus sur un tapis de danse luisant, reflétant son corps.Les mains sur le visage, masquant ses yeux, penchée, en avant, les gestes décomposés, secouée, sur des ressorts. Puis ondoyante à souhait, extatique, offerte, ouverte, déployée dans une harmonie singulière avec le chant et la musique de Dylan.Nonchalante promenade, balade sereine et gracieuse, déambulation dans l'espace qu'elle ouvre et crée à son gré. Chansons de gestes que ces superbes adaptations dansées d'une musique ou voix, guitare sèche et harmonica transportent ailleurs dans des contrées lointaines et nostalgiques.
Les morceaux s’enchaînent naturellement en grande complicité avec le DJ qui propose sur platine, les vrais vinyles qui craquent!Elle, désinvolte, maline coquine et discrète, primesautière, évolue en toute "liberté", sans illustrer le contenu des chansons, mais dans l'esprit du prix Nobel de la littérature: en toute animalité, libre, femme, indépendante: un manifeste ouvert sur la "féminité", sa condition, sa lisibilité, sa visibilité artistique.
"Mouiller sa chemise"
Des jeux avec sa chemise blanche, puis la voilà transformée en derviche tourneuse le temps d'une chanson répétitive,lancinante, enivrante et "soûlante" à souhait.De très beaux reflets de ses évolutions se dessinent au sol sur le revêtement .On songe aux reflets d'huile d'olive de son solo avec Jan Fabre. Une petite pause "bière" et ça repart en spirales enveloppées, un peu lascive et désemparée, décontractée, dans la lumière: reculades, sursauts hachés: elle semble volontaire, décidée, sur ses diagonales, à reculons, à rebrousse poil, puis implorante. Lisbeth Gruwez se joue d'un registre changeant, surprenant, d'une séquence à l'autre, jamais identique.De dos, sur un air de tube standard, elle tremble, frémit, s’agite, s'agenouille, se heurte au mur....Et quitte son deux pièces pour ne garder que sa chemise qui baille et dévoile ses jambes, sculptées par la lumière et le mouvement.Sur place, en répétitions acharnées, elle saute, rebondit, la chemise vole, en contrepoint d'une mélodie à la folle vélocité.Pugnace, déterminée, directe, sa danse est "en marche" et quelques sauts au final pour mieux marquer sa volonté.C'est à terre, au sol qu'elle sera traquée par une poursuite lumineuse, papillon pris au piège de lumière, qui sculpte son corps déployé.Des grands écarts dans la lenteur de l'harmonica et toute la sensualité et l'érotisme de ce jeu à l'horizontale dessinent désirs, fantasmes et rêveries. Et pour clore la soirée, un bis réjouissant contenant tous les secrets de fabrication de la gestuelle si colorée, riche en décalages, décadrages et autres fantaisies d'écriture chorégraphique et musicale!
Un dernier air country-folklore et la boucle est bouclée
Généreuse, elle offre au public de partager une petite dernière pour se mettre en route et le plateau se remplit joyeusement de danseurs,  pour "l'occasion" à ne pas rater! Partager avec nos deux compères des instants de complicité en bonne compagnie!
A Pole Sud jusqu'au 25 Novembre

"Les Bas-fonds": le bal des pendus, mis en bière!




Texte de Maxime Gorki - Adaptation et mise en scène Éric Lacascade - Avec Pénélope Avril, Leslie Bernard, Jérôme Bidaux, Mohamed Bouadla, Laure Catherin, Arnaud Chéron, Arnaud Churin, Murielle Colvez, Christophe Grégoire, Alain d’Haeyer, Stéphane E. Jais, Éric Lacascade, Christelle Legroux...
En 1902, Maxime Gorki écrit Les Bas-fonds, première pièce de l'auteur dont les héros sont des exclus et des marginaux. Entassés dans un local aménagé par un loueur sans scrupules, des femmes et des hommes dans la plus grande précarité tentent de survivre, rebuts d’une société malade dans la Russie prérévolutionnaire. Avec sa troupe d’acteurs fidèles et de jeunes comédiens issus de l’école du Théâtre national de Bretagne, Éric Lacascade porte les élans, les tensions, les conflits et les passions qui secouent cette communauté. Dos au mur, comment vivre ?
Comme une horde de paumés, de reclus, d'exclus, de parias...Cette micro société dans sa loge de pension de bas de gamme, foyer pour sans-abris de nos jours, se joue de toutes les atrocités des sentiments humains le plus veules, les plus bas. Le fond, ils le touchent sans cesse, ces personnages hauts en couleur qui façonnent un univers gris-bleu, un espace huis- clos où se déroulent justice et hargne, beuveries et amours impossibles. L' "Ancien", le doyen, l'étranger vagabond est encore sage et censé, humain et s’apitoie sur le sort d'une consœur malade, mourante dont l'époux se moque éperdument. Une petite note d'humanité dans ce cercle d' horribles lascars. Les comédiens excellent dans ces rôles ingrats et bruts de décoffrage; les décors s'alignent dans cette morosité qui parfois s'anime, s'allume et vibre de tendresse ou de rage. Des lits de camp, de survie, alignés en rang serrés, accueillent les corps et dépouilles de ces sans- abris du cœur. La salle des pendus menace au-dessus d'eux, de ces oripeaux, peaux vides, enveloppes sans chair: des manteaux qui menacent de descendre et de les emporter comme dans un linceul.
Si la bière coule à flot, devient jeu et piste pour mieux glisser, s'enliser où chuter, c'est pour s'enivrer et oublier, sacrifier la vie à la mort, à l'euphorie artificielle. Le bar est ouvert pour une mise en bière sinistre et sordide.
Un paysage bouleversant de crudité, de nudité, à vif sans chichi ni fioriture pour décrire l'avidité, la cupidité de ceux qui souffrent.
Une ode malgré tout à l'amour que l'on cherche désespérément à travers des destins précaires d'abandonnés de la vie: une cour des miracles oppressante et hélas, trop d'actualité!
Au TNS jusqu'au 1 Décembre

vendredi 24 novembre 2017

"Live@ Home" 10: les percussions de Strasbourg, la "crème" fouettée par des baguettes magiques !


Une création "mondiale" signée Stéphane Magnin, "Whiplash", pour ouvrir le bal de cette dixième édition de "Live@Home"...

"Tout pourrait tenir en une seconde.
Un face à face radical, lumière/silence, son/obscurité, cacher/montrer …
Un temps contracté à lʼextrême dans un claquement suspendu.
Temps vertical de notre société où les ruptures, les éclatements, les clivages sont monnaie courante. De lʼapparente rigueur dʼune table de tribunal, à lʼapparente anarchie des sets de percussions, provocation des extrêmes, tensions, saturations, labyrinthe sonore qui sʼouvre sur des espaces musicaux inattendus, vivants et bruissants."

De quoi "fouetter" un chat !
Stéphane Magnin / Whiplash / 20' (2017)
Création mondiale 2017, commande des Percussions de Strasbourg/
Après un prologue scénographique fait d'arrêts sur image dans de très belles créations lumières, les musiciens s'animent: six interprètes, de noir vêtus vont s'adonner à donner corps, forme et vie à l'oeuvre du jeune compositeur.
Armés de tiges de saules ou de "bâtons" ou "fouets" de verges souples telles des rameaux d'osier, face à nous, immobiles, ils vont faire résonner, siffler, ces éoliennes sonores accompagnées d'une gestuelle chorégraphique, mise en scène subtiles des corps: une mécanique coupée au cordeau s'installe, les tiges cinglantes déchirent l'espace, on sabre les sons, on affole l'air et l'éther: pour seul partenaire!
De "l'arte povera" musical qui flagelle à cappella, l'univers, l'espace environnant. Des respirations de chacun ponctuent le rythme, les poses des visages, têtes et épaules animent les saynètes qui deviennent des sortes de tableaux religieux: la cène à six, pourquoi pas!
Sorte de kung fu musical, les sons des corps, résonnent comme lors d'une séance d'escrime, fendus en tierce...Les visages deviennent masques grimaçants, la rémanence des baguettes dans la vitesse transforme le visuel en esquisses fébriles de ventilation: le maniement de ces baguettes magiques de saule, "fouette", fait vibrer l'espace! Et fouette, coché !
Autant auditive que visuelle, la pièce s'égrènera par trois fois, trois couplets qui tissent trame et chaîne du concert
Les pièces s'imbriquent, dans une intrication savante, un puzzle bien réfléchi
Fait suite, l'oeuvre magistrale de Xénakis  « Peaux » et « Métaux », extraits de Pléiades / 24' (1979)
Un déferlement de bruit et de fureur pour un dispositif scénique impressionnant pour créer une atmosphère envoûtante, puissante à laquelle on échappe pas: l'empathie singulière de l'auditeur avec le miracle qui se déroule devant vous: l'animalité, la force, la rage en autant de salves musicales qui se dispersent et fusent!
Retour à "Whiplash" avec cette immobilité constante, les musiciens ancrés, dans leur assiette, les pieds comme socle fondateur d'équilibre. Des hoquets, des onomatopées sourdent des lèvres, des plaques de bois craquettent, résonnent comme des becs de cigognes, ancêtres des castagnettes. Frappements comme des zapateados, rythmés savamment, brèves incursions dans des univers sonores vifs, percutants, claquants! Comme une petite industrie mécanique bien lustrée, bien huilée, ça fouette le sang, la peau et toutes les surfaces susceptibles de résonance. Comme dans l'oeuvre suivante de 
Francesco Filidei / I funerali dell'anarchico Serantini / 11' (2006)
Une "musique de table" qui rappelle celle de Thierry de Mey pour le chorégraphe Wim Vandekeybus
Les interprètes alignés, à table, assis s'adonnent aux joies des percussions corporelles dans une joyeuse anarchie de scansions millimétrées.
Retour à Xénakis avec ses "Pléiades",avec cloches, dispositif en corolle pour des instruments fameux, les "sixxens" sons métalliques, cinglants, glaçants qui percutent, rebondissent, ricochent à l'envie.Un train d'enfer, une virtuosité magnétique à l'oeuvre!
Comme autant d'établis de métal grinçant où l'ouvrier artisan à l'oeuvre, sculpte l'espace musical. Une tempête, déflagration finale pour clorer en majesté de concert unique, "percutant" pour mieux aborder les mille et une facettes des "percussions" ici abordées dans leur plus simple appareil: le corps à vif, à nu, le médium de peaux, de tensions et détentes, dignes de la plus belle architecture de l'urgence: la peau tendue des abris post tsunami!

mercredi 22 novembre 2017

"Le parti d'en rire": Dac et Blanche....Dac ou pas Dac? Comment "blanchir" les textes !


Pour cette nouvelle édition des Mercredis du Brant on retrouve la compagnie Théâtre Lumière dans « LE PARTI D’EN RIRE » d’après Pierre Dac & Francis Blanche,
Mercredi 22 Novembre, à 20h, au Café Brant.

"Depuis 1949, date de leur première rencontre, Pierre Dac, chansonnier et écrivain surnommé le « Roi des Loufoques » et Francis Blanche, auteur, chanteur, humoriste populaire et figure emblématique de la scène et du cinéma des années 1950/60, ne se quittent plus. Ensemble, ces célèbres adeptes du non-sens et de la dérision vont faire le bonheur des auditeurs et téléspectateurs de la radio et télévision française et collaborent avec de grands noms de la scène française tels Jean Poiret, Roger Pierre, Jean-Marc Thibault ou encore un certain Raymond Devos.

Dans « Le Parti d’en Rire », Christophe Feltz et Luc Schillinger font entendre une sélection des meilleurs textes de nos deux compères. En passant de « Signé Furax » à « Malheur aux Barbus », sans oublier le fameux sketch du « Fakir », le « Schmilblick » et autres jeux, lettres, discours et réclames,  on découvre dans cette nouvelle lecture-spectacle les pensées et aphorismes incongrus, surprenants et désopilants de Pierre Dac & Francis Blanche."
Un duo hors du commun: les deux comédiens, se rencontrent, se cherchent et se trouvent dans cette diatribe burlesque consacrée à la découverte de deux auteurs, comiques sarcastiques: les loufoques, compères, loups et phoques en diable!
"Du peu que je mieux", "demandez" le programme, vous l'aurez!
Dans un rythme haletant, tonitruant de bateleur, vociférant et hurleur, chacun s'ingénie à doubler l'autre, le devancer ou le rattraper dans cette course folle au jeu de mots, calembours et autre vire-langue.
Sans cesse, ça rebondit, ricoche pour restituer la verve et l'humour de ces personnages multiples qui se démultiplient comme des petits pains, bénis!Des aphorismes en pagaille ne vous laissent pas le temps de souffler: c'est pas joué !
Une "société fantoche" dont le président est un despote éclairé, des "statues" (statuts) louches, des imbroglios de mots qui s'accumulent, s'annulent, des méli-mélos incessants, pour mieux "se planter" et rebondir!
Une saynète sur les "jeux", jouée à merveille, sur les "home-traîneurs"...Tout y passe à la moulinette de la dérision, de l'humour, en "pince sans rire": on en pince aussi pour eux, qui se rient des embûches et difficultés de la lecture jouée: à l'aise, les deux complices de toujours, frères de scène, bête de jeu.
Un sketch sur sa "Sérénité" indienne est d'un gout douteux ou d’hindou goûteux !
Tout sur le "slip Éminence grise", la "mise en boite", comble du fossoyeur, et l'affaire est dans le sac!
Bravo aux deux artistes, et si pas "Dac", alors la page "Blanche" est à revoir!
Pas de "parti pris" pour cette bonne surprise-party de rire!

mardi 21 novembre 2017

"Plus léger que l'air" de Simon Boulerice et Agathe Bray Bourret


Junior est rond comme un ballon. Ses parents, un clown et une astronaute, disent qu’il n’a pas de fond. Il pourrait manger jusqu’à exploser. À l’école, on l’appelle “Bouboule”. Mais Junior voudrait être léger. Il aimerait faire du ballet comme Flavie et s’envoler dans le ciel. Est-ce réservé aux filles? Comment on fait pour se sentir aussi léger que l’air?

Je sais bien que je suis rond comme un ballon. J’aimerais moins manger. Mais je ne peux pas. J’ai toujours faim. (…) Sur la pointe des pieds, comme si marcher ainsi me rendait moins lourd, je m’approche de la fille la plus légère de la cour de récré.
— C’est vrai que tu suis des cours de ballet, Flavie ?
— C’est vrai. Pourquoi ?
— Est-ce que les cours de l’automne sont commencés ?
— Depuis trois semaines. Pourquoi ?
— Est-ce qu’on peut s’inscrire quand même ?
— Je pense que non. Pourquoi ?
C’est difficile pour les cuisses, se tenir sur la pointe des pieds. J’abandonne. Mes talons frappent l’asphalte. Ça fait trembler Flavie, qui semble subitement lire en moi.
— Tu veux t’inscrire, Junior ? me demande-t-elle, très surprise.
— Peut-être, que je souffle doucement

"Les plus beaux ballets" chez Auzou: théâtre animé !

Contes, légendes ou fables classiques réunis dans un magnifique livre en papiers découpés où chaque histoire en pop-up, est illustrée à la manière d'une scène de théâtre.
6 ballets classiques réunis dans un magnifique livre en papiers découpés avec extraits sonores. Ballets disponibles : Le lac des cygnes, Roméo et Juliette, Coppélia, La belle au bois dormant, Don Quichotte, Casse-Noisettes.



dimanche 19 novembre 2017

vendredi 17 novembre 2017

"Giselle" de Charlotte Gastaut: de la dentelle et tarlatane!


L'histoire : Giselle, jeune paysanne, aime Albrecht. Elle danse en son honneur, faisant fi des remontrances de sa mère, qui lui rappelle l’histoire des wilis, ces tristes jeunes filles transformées en fantômes pour avoir trop dansé. Amoureux éconduit par Giselle, le garde-chasse Hilarion découvre qu’Albrecht n’est autre que le duc de Silésie, fiancé à la fille du duc de Courlande. Devant tous il révèle l’identité de son rival. Giselle en perd la raison et s’effondre sans vie. Venus tour à tour se recueillir la nuit sur la tombe...

"Celui qui tombe": moins dure sera la chute ! Mobile Home et escarpolette circassienne...


Mise en scène Yoann Bourgeois // CCN2-Centre chorégraphique national de Grenoble // Présenté avec le TJP. La séance du 17 novembre à 14h15 est réservée aux scolaires. 
"C’est une partition de haute voltige. Dans «Celui qui tombe», six personnes défient les lois de la gravité, courent à tout allure, trébuchent, chutent, se rattrapent, se relèvent, s’enlacent. Comment faire face au déséquilibre ? C’est la question d’abord physique de ce groupe d’humains en quête de coexistence dans un espace circonscrit. Car le plancher qu’ils habitent ensemble tient autant de la balançoire que du radeau menacé de sombrer : suspendu dans l’espace, ce grand carré en bois bouge, bascule, tournoie. Ivres de vertige, les six danseurs-acrobates tentent de dompter ce sol qui ne cesse de se dérober. Tenir l’équilibre est un défi – s’organiser de manière collective pour y parvenir tous ensemble l’est d’autant plus. Lutter contre la chute ou prendre le risque de tomber, rester soudé ou s’isoler, danser, se figer, s’agripper ou s’épauler : comment lutter contre la disparition ?"



Il y a un personnage singulier sur la scène: un plateau de bois, mobile, ou "mobile home" qui deviendra vite le partenaire singulier, corps, objet du délit!Immense plaque tournante, fabuleux "trampoline" mais dur et à battons rompus...C'est étrange: six personnages en quête d'équilibre vont s'affronter à cette machinerie d'enfer, sorte de plaque tournante, nostalgie des scènes tournantes de bois, des théâtres à l'italienne!Ce plancher "des vaches" va devenir le "lieu" de tous les possibles, piste de non-cirque, carrée, mobile, comme un "mobile" de Calder qui répondrait aux sollicitations de poids, force, résistance des êtres qui s'y confrontent.Comme dans un jeu, un espace ludique où l'enfant expérimente et découvre, mobilité, harmonie, combat!Ils expérimentent la paroi abrupte du praticable qui se dresse, s'érige comme obstacle, glissent, tentent obstinément de franchir le sommet, grimpent et re-glissent comme dans un comique de répétition...Un rocher de Sisyphe?
Vêtus en citadins, sobres, de couleurs parés, ces figures fascinent et hypnotisent dans les formes groupales en équilibre ou déséquilibre périlleux, face au vent, au souffle, retenus en apnée, dans le risque et le danger constant de chuter, dans des oscillations déroutantes.Les airs et l'éther semblent absents de ce cirque fabuleux: le poids, les accroches terrestres dominent...On s'amuse, on se joue de l'apesanteur, on se suspens , on pousse et retient ce praticable, carré de tous les possibles Le petit groupe, soudé par la lutte, le combat singulier avec ce monstre, va de l'avant: des instants de silences, les corps en suspens, sont de bon aloi. On expérimente les glissades, les audaces pour mieux dompter la bête.La voix, le chant y deviennent émission naturelle, organique, à la renverse, suspendu, on émet des mélodies grégoriennes et le son, à l'envers passe encore mieux!Pourquoi pas? Le plateau vole, abri ou menace, habitacle, home sweet home pour tribu en passe à la chute libre...contrôlée!
Et le risque est de mise pour créer la tension dramatique qui s'installe peu à peu.
Bel ouvrage que cette évocation très tonique et physique d'un univers qui bascule, d'une balançoire gigantesque qui fait office de balancier mécanique, mu par la force humaine
Au final, c'est le ressac de la marée qui les enfouie, les absorbent, les traînant au sol, les bousculent et font obstacles à leurs courses folles!
C'est beau et émouvant, tectonique et enivrant, sur le fil des falaises où tout peu basculer, toujours.
Pousser l'escarpolette ou voyager dans ce mobile home suspendu à notre souffle, inquiet, en empathie avec ses sis personnages en quête d'aventures déséquilibrantes, décalées, risquées, haletantes!
Yohann Bourgeois touche au plus sensible, escalade des parois visibles et invisibles, part à l'ascension de sensations infimes à transmettre: vertige de la danse, du mouvement, sans fil d'équilibriste, ni de tendeur de funambule. On ouvre grand les yeux et retient son souffle, en quête, nous aussi de jubilation sensitives, d'expériences corporelles inouïes: c'est transmissible et pas "contagieux", salvateur et onirique à souhait: un bain de jouvence pour "déséquilibrés" !

Au Maillon, Wacken jusqu'au 18 Novembre




jeudi 16 novembre 2017

"Mes plus belles histoires de danseuses étoiles"

Ce beau coffret contient un livre de 116 pages avec 7 histoires passionnantes et en cadeau, de multiples accessoires : un tutu rose, un joli bracelet et deux élastiques pour cheveux  qui séduiront les fillettes passionnées par le monde de la danse.

"En attendant Bojangles" : la BD de Chabbert et Maurel


Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur "Mr. Bojangles" de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n'y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c'est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C'est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mlle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l'appartement. 
C'est elle qui n'a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères. Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l'inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte. L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom.
Un couple et leur fils nagent dans le bonheur, en compagnie de Mademoiselle Superfétatoire, un grand oiseau exotique adopté par la mère. Cependant, imprévisible et extravagante, cette dernière entraînera malgré elle sa famille dans un dangereux tourbillon, que tenteront d'éviter père et fils.

"La salle de bal" de Anna Hope


Lors de l’hiver 1911, l’asile d’aliénés de Sharston, dans le Yorkshire, accueille une nouvelle pensionnaire : Ella, qui a brisé une vitre de la filature dans laquelle elle travaillait depuis l’enfance. Si elle espère d’abord être rapidement libérée, elle finit par s’habituer à la routine de l'institution. Hommes et femmes travaillent et vivent chacun de leur côté : les hommes cultivent la terre tandis que les femmes accomplissent leurs tâches à l’intérieur. Ils sont néanmoins réunis chaque vendredi dans une somptueuse salle de bal. Ella y retrouvera John, un «mélancolique irlandais». Tous deux danseront, toujours plus fébriles et plus épris. À la tête de l’orchestre, le docteur Fuller observe ses patients valser. Séduit par l’eugénisme et par le projet de loi sur le Contrôle des faibles d’esprit, Fuller a de grands projets pour guérir les malades. Projets qui pourraient avoir des conséquences désastreuses pour Ella et John. Après Le chagrin des vivants, Anna Hope parvient de nouveau à transformer une réalité historique méconnue en un roman subtil et puissant, entraînant le lecteur dans une ronde passionnée et dangereuse

"Cold Blood": le livret ! Par Thomas Gunzig

Les lumières dans la salle s’éteignent. La caméra tourne. Action ! Les doigts cabriolent dans un merveilleux décor miniature, les caméras voltigent et dansent, une voix raconte. Jaco Van Dormael et Michèle Anne De Mey réalisent un film, en direct, sous les yeux des spectateurs.
Après Kiss & Cry qui remporta un succès planétaire, le cinéaste et la chorégraphe ont créé en décembre 2015 Cold Blood avec la même curiosité, la même équipe venant du cinéma, de la danse ou du théâtre, et la même méthode de travail. Mais ils ont réussi à aller encore plus loin, emmenés par le texte de Thomas Gunzig empreint d’une grande sensualité et d’humour noir. Partant de la mort pour raconter la vie, le romancier fait l’inventaire de morts stupides en y associant les derniers instants de lumière et les souvenirs qui ont précédé la disparition.
Précédé de trois notes liminaires sur le lancement d’un Kiss & Cry 2, le livre met en valeur le texte poétique de la voix off en l’accompagnant de nombreuses photos de Julien Lambert du spectacle et du making of.

"Corps" collection de l'Art Brut


Corps (version française), Gustavo Giacosa, David Le Breton et Sarah Lombardi, Lausanne/ Milan, Collection de l’Art Brut/ 5 Continents Editions, 2017, « Art Brut, la collection », sous la direction de Sarah Lombardi, 20.5 x 25.5 cm, 168 pages, plus de 100 illustrations.
Le n° 3 de la série éditoriale « Art Brut, la collection », intitulé Corps, accompagne l’exposition et apporte différents éclairages sur la thématique du corps dans l’Art Brut. Deux éditions séparées (français et anglais).

Consacrée au Corps, la troisième édition des biennales de l'Art Brut(après Véhicules et Architectures) propose exclusivement des œuvres issues des collections du musée lausannois. L’exposition, confiée au commissaire invité Gustavo Giacosa, également comédien et metteur en scène, vise à mettre en lumière, à travers ce nouveau thème, toute la richesse du fonds de la Collection de l’Art Brut.
Cette présentation réunira un grand nombre d’œuvres – dessins, photographies, sculptures et créations textiles – reflet des multiples représentations du corps dans les productions d’Art Brut, sans perdre de vue la dimension du dialogue intime que les auteurs entretiennent avec leurs créations.
Ces œuvres relèvent d’un corps à corps ; elles constituent des « batailles » sans médiation ni concession que le créateur mène avec sa propre image et son vécu singulier. Pour certains d’entre eux, le corps est le refuge d’une intimité complexe ; pour d’autres, une prison à fuir, ou encore le centre d’énergies à libérer et à transformer.
Les tatouages de prisonniers, rarement exposés, attestent de l’intérêt de Jean Dubuffet, fondateur du concept d’Art Brut, et à l’origine du musée lausannois, pour des créations se situant en marge du milieu de l’art. On y trouvera bien sûr aussi les grands « classiques » de l’Art Brut, telle Aloïse Corbaz, qui côtoieront des découvertes plus récentes, comme les corps-visages d’Eric Derkenne, ou la toute puissante « transsexualité nucléaire » de Giovanni Galli. Dédoublement de soi et jeux de miroir témoignent d’une quête identitaire instinctive, comme chez Josef Hofer et Robert Gie. Morcelé et fragmenté, avec Giovanni Bosco, ou rassemblé dans une unité cosmique, avec Guo Fengyi, le corps matérialise un flux perpétuel dont l’art peut s’emparer pour en faire un témoignage existentiel.
Commissariat : Gustavo Giacosa, commissaire indépendant et metteur en scène

"Multiverse" de Anna Yudina


Cet ouvrage abondamment illustré, qui donne la parole à des créateurs visionnaires issus de différents horizons, allant de l'ar t et de la danse contemporaine à l'architecture et à la robotique, a pour ambition de présenter l'avant-garde de cette synthèse interdisciplinaire à l'origine de nouvelles formes d'art. Le projet a été lancé à l'initiative de Diana Vishneva, danseuse étoile de l'American Ballet Theater à New York et du ballet Mariinsky à Saint- Pétersbourg. Cette inlassable expérimentatrice a collaboré avec la plupart des grands noms qui façonnent l'avenir de la danse. Le présent ouvrage contient des entretiens avec les chorégraphes William Forsythe et Carolyn Carlson, le photographe Nick Knight, les artistes Bill Viola et Olafur Eliasson, les architectes Toyo Ito et Santiago Calatrava, l'inventeur robotique Raffaello d'Andrea, ainsi que d'autres créateurs qui ont activement contribué à repousser les limites conventionnelles dans leur domaine de prédilection.
Le livre s'accompagne d'un DVD comprenant un %lm d'art créé tout spécialement pour ce projet et utilisant les technologies de pointe pour traduire la langue de la danse à travers celle du cinéma.

mercredi 15 novembre 2017

Forsythe, Kylian, Scholz: un tryptique d'exception!



Durant une douzaine d’années, jusqu’à sa mort en 1973, John Cranko a permis au Ballet de Stuttgart d’atteindre un formidable degré d’excellence. Des artistes y ont percé et sont devenus des créateurs parmi les plus importants de notre époque. Cette première soirée dédiée aux « Grands Chorégraphes européens » réunit trois d’entre eux : William Forsythe, Jirí Kylián et Uwe Scholz. Bien que chacun ait développé un langage singulier, résolument contemporain, tous les trois considèrent le vocabulaire académique du ballet comme la source de leur expression. Quintett de Forsythe, 27’52’’ de Kylián et Jeunehomme de Scholz sont trois œuvres importantes de ces chorégraphes. L’entrée au répertoire des deux premières, la reprise de la troisième, et leur interprétation en ouverture de la saison du Ballet de l’Opéra national du Rhin ont valeur de manifeste : une grande ambition sans attendre.



Un programme ambitieux et fédérateur pour mieux évaluer les liens, filiations et appartenances entre quelques "écrivains", chorégraphes "modernes" issus d'une même souche: un tronc, des racines pour mieux développer son propre style et le "passer", l'inoculer à l'intérieur des "corps" contemporains qui s'en emparent allègrement sans faillir durant cette soirée "inaugurale", rentrée officielle du Ballet du Rhin, en "compagnie" de son nouveau directeur, Bruno Bouché: à bonne école, celle de l'Opéra de Paris, venu ressusciter répertoire et audaces à l'intérieur d'une institution , belle au bois dormant durant quelques temps.

C'est avec "Jeunehomme" de Uwe Scholz que démarre cette programmation, triptyque atipique réunissant trois pièces , morceaux de choix de grandes pointures!
L'occasion de découvrir une oeuvre très "mozartienne", aux accents lyriques et délicats, ouvragée au peigne fin et au cordeau, tant la rythmique, les tracés chorégraphiques, les ensembles à l'unisson, coulent de source et s’enchaînent comme les mailles d'un tissu: chaîne et trame se font et se défont , douze danseurs "choristes" pour souligner l'harmonie mouvante de ses constructions savantes dans l'espace.Quatre danseuses, un danseur soliste, un duo et l'ensemble pour former une oeuvre "de chambre", petit orchestre corporel intimiste et délicieux
Les costumes à la Mondrian, noir, gris, blancs sont strictes et marquent cette volonté angulaire et directe, nette et sobre de construire, ensemble, des tableaux vivants très graphiques, verticale au corps, dans des points, traces et signes abstraits, écriture volontairement architectonique , dessinée dans l'espace fluctuant.
Décor de partition gigantesque, surdimensionnée, tout de gris, comme autant de gestes tracés sur une portée qui s'envole, au son des notes de la partition, tendue en toile de fond Gestes tracés du musicien, fébrile, en proie à la démangeaison créatrice musicale. Autant de signes qui dansent et attestent de la musicalité de l'oeuvre.
Un solo remarquable de Riku Ota, très inspiré par une énergie débordante, dévoreuse d'espace qui signe ici une performance physique et esthétique de toute beauté: un interprète remarquable à tout point de vue Un beau duo, adage "académique" de Dongting Xing et Alain Trividic, calme la donne, de noir enrobés les danseurs se meuvent dans une singulière harmonie.Des portés magnifiques, aériens et sensibles, délivrent dans l'espace la gestuelle harmonieuse de Scholz...
Sur les pointes, son style est libre, fragile, subtil en diable!

Les danseurs sont déjà présents sur scène, en "plein feu" pour la pièce suivante "27'52" de Jiri Kylian: six danseurs qui tiendront le plateau sur une musique contemporaine de Dirk Haubrichtrès tonique et abstraite, dénouant la gestuelle franche et efficace de Kylian: trois danseurs, torses nus,trois danseuses en "couleurs", chaussettes aux pieds pour mieux glisser er rebondir.
Un jeu subtil et très "plastique" se trame avec le tapis de sol, lais de la danse, rubans qui vivent sous les impulsions des manipulateurs-danseurs
Personnage à part entière, cet "objet" plastique fluidifie, tend et détend l'espace, enrobe les corps, s'enroule, s'étire ou ondule sous l'impulsion tectonique des tensions.Blanc, puis noir, en suspend, sa réplique aux cintres comme rideau permettant quelques belles envolées visuelles.La danse y gagne en architecture tendue, celle des toiles de l'urgence d'un Shigeru Ban, par exemple.
Tout dérape, glisse, les corps se frôlent et s'attrapent, se traquent, s'esquivent en autant de passes et subtiles escapades dans l'espace, conquis par tant de luminosité, de versatilité stylistique: du "grand" Kylian, surprenant, séduisant.

Pièce finale, le "Quintett" de Forsythe, une oeuvre emblématique de l'écriture du savant technicien de la grammaire classique, trublion de la syntaxe, dé-constructeur de l'alphabet pour engendrer une écriture hybride, "monstrueuse".Cinq danseurs remarquables s’attellent à la "tâche" d'exécuter sans "fausse note" cette oeuvre où la musique répétitive de Gavin Bryars galvanise les corps en proie à une gestuelle débridée, fluide, tonique qui construit et déconstruit sans cesse espace et intervalles, vides et pleins dans une fulgurance qui tient en haleine, en apnée le spectateur médusé.
On est embarqué dans une singulière empathie dans ce déferlement ondoyant de mouvements ininterrompus, dans la grâce et l'urgence. Un solo de Ana Karina Enriquez Gonzalez laisse captif et ravi par tant de vélocité, de musicalité, ici incarnées devant nous, fascinante interprétation d'un style si fragile et archi tectonique....Une "assimilation" de Forsythe exemplaire et riche d'intelligence, de sensibilité à fleur de peau.

Une soirée qui laisse un sentiment de bien-être, de satisfaction, d'intelligence en "bonne compagnie", ce cum panis qui relie et trace les signes d'un "renouveau" salvateur et constructif pour un "corps" de ballet virtuose et pétri d'une énergie "contagieuse" salvatrice!

"Grands chorégraphes européens" à l'Opéra du Rhin jusqu'au 19 Novembre


lundi 13 novembre 2017

Empreintes !



Danse et pub !



dimanche 12 novembre 2017

"En marche" à la Choucrouterie: avanti popolo ! Macron-scopie sur macron-scions pas la branche!


Attention à la "marche" entre le quai et le "marche-pied" !

Préambule ambulatoire
à 20h30 (alsacien) et 20h45 (français) ; dimanche 17h (alsacien) et 17h15 (français). 
"Notre 24e revue satirique se moquera de tout et de tout le monde en sketches et en chansons. Les politiques locaux, les Lorrains, le Racing, notre « Chilibébère » de Colmar ainsi que les actualités et les phénomènes de société marquants de l'année n'y échapperont pas. Cette revue se jouera toujours en alsacien dans une salle et en français dans l'autre. Les comédiens continueront de courir de l'une à l'autre pour vous faire rire dans les deux langues."

Marche ou...rêve! Pas, "crève" cœur, tant on les aime et est heureux de les retrouver au fin fond de ce quartier charmeur, dans leur "choucrouterie", car choux croute rit de bon coeur !
Alors, "en avant, marche pour ce cabaret à dada, à cheval, à pied ou à bicyclette!
A pied, certes puisque d’emblée, ce sont de godasses, de chaussures, style "Au vieux campeur" que l'on aura à faire, "affaire"!Ca marche, ça va le faire!
Le club vosgien, ça vous dit quelque chose? Alors, il faut les voir, ces trois brigands, avec leur sac à dos (d'âne) cousus en forme de petit fessier à deux bosses. On aurait envie de tapoter dessus(attention harcèlement!)!
En piste, Macron est là et veille au grain, sème sa zizanie dans ce joyeux paradis de la défiscalisation...On va faire une belle randonnée pédestre dans la jungle de l'actualité, rire de tout et même des terroristes qui attentent à la bienheureuse paix, place Kléber: fausse alerte, la terroriste est à vélo et à loupé une marche: le sang, c'est du gaspacho!
Le Parlement à Bruxelles et pas Strasbourg: on oublie qu'il a "un trou" dans le plafond à défaut d'une araignée, à régner sur tout, on fait fausse route!
Tout y passe, à la moulinette du verbe, du geste, des décors et accessoires qui viennent à chaque fois rythmer les séquences, comme autant de saynètes autonomes qui s’enchaînent dans la verve, l'enthousiasme et la dynamique d'une troupe galvanisée par le "patron": Roger Siffer, satyre satirique du Val de Villé, la vallée (l'avalée) la plus "profonde", celle du "sexe" aussi chez les paysans du village qui ont des "rapports" intimes matinaux avant le passage de la contrôleuse sanitaire!!! Il faut les voir, les entendre-un trio au vitriol sur des standards rock'n roll fait mouche- les regarder danser, bouger sous la houlette du chef Zigue Ziegler et son complice Etienne Fanteguzzi, qui leur fait faire des miracles de "petits bougés" pertinents!


La SNCF en prend plein l'arrière  train en marche" et avant de descendre, on fait attention "à la marche" où l'intervalle entre le quai et la voiture!
Un café en terrasse après 17H, et c'est le bazar qui s'installe à travers la dénonciation de la législation et de l'attitude des commerçants...Elle, Laurence Bergmiller,cette comédienne, chanteuse hors pair à la gouaille généreuse, y est superbe!
L'autre, ce grand dadet burlesque et naïf, Arthur Gander, blondinet de charme fait le flic, ou le charmeur de boucher à la reine à convertir en végétarien (la chair, la viande est bonne à caresser)tandis que le pianiste, Erwin Siffer "joue" en alsacien, ces petites mélodies et entremets musicaux. Tous y vont de leur talent: le grand et beau faux sportif, joyeux luron, Sébastien Bizzotto,digne d'un des Pieds Nickelés est toujours séduisant et moqueur, malin et trublion de service, Schlagg se porte à merveille et Madame Mayer en Dalida ou Merckel, est pathétique à souhait sous des airs déconfits et saturés, lassée de tout, blindée et affligée!
Lui, Guy Riss,Gilbert Meyer, fidèle à lui-même, couché sur son lit d'urgence est toujours aussi caricatural

Bienvenue au club des marcheurs, démarcheurs de rêves ou de cruauté, de trivialité enjouée: Macron, macron, qu'un sens impur abreuve nos macro-sillons !On balise pas sur les sentiers pas battus (harcèlement: balance ton porc)!!!
Une macron-scopie délirante , cabaret de tous les possibles où rire est de mise, un pied devant l'autre, semelle au poing: ça cartonne jusqu'à la sortie où un souvenir vous est remis: c'est le coup de pied, (au cul): on mangera pas de la "semelle" sur les traces de cette tribu tonitruante, débridée qui met de bonne humeur, même si  "Am Arsch" on s'est bien fait botter le cul !
Macron dans tout cela, un peu absent quand même dans le texte (où sont passés les "auteurs?) où l'évocation politique, reste discrète cette année. Est-ce la faute aux textes qui semblent moins croustillants que d'habitude?....Bref, marches au pas et tu te sauveras!
Quand la Choucrouterie s'énerve, c'est bon signe des temps, ou cygne d'étang: attention à la marche , intervalle entre le quai et le marche-pied. Et puis un kilomètre à pied, ça use, ça use, les souliers! Semelles d'Hermès aux pieds, on va répandre la bonne nouvelle: la cuvée, le cru 2017/ 2018 fera l'affaire!


 24e revue! 2 und 4 macht 6. Sex esch ken Zahl... s’esch e Hobby. Texte: Équipe de la Chouc' - Mise en scène : P.Diependaële, E.Fanteguzzi; L.Ziegler - Piano: J.R.Mourot ou E.Siffer ou T.Valentin - Avec: L.Bergmiller, S.Bizzotto, A.Gander, M.Lagleize, S.Mayer, N.Muller, G.Riss, J.P.Schlagg et R.Siffer - Lumière: C.Siffer-Scénographie/costumes/accessoires: C.Deltenre, P.Squelbut et leur équipe-Production: APCA-Théâtre de la Choucrouterie

samedi 11 novembre 2017

"Ralph Towner solo" et "Paolo Fresu duo": et Devil 4Tet: Jazzdor open !

Deux esthètes de la mélodie, deux immenses musiciens qui croisent leurs univers le temps d'une soirée d'ouverture du festival Jazzdor 2017. Le guitariste américain Ralph Towner et le trompettiste italien Paolo Fresu se succèdent et se croisert pour un dialogue d'une grande générosité. Soirée d'ouverture de la 32ème édition du Festival Jazzdor (10-24 novembre).

Après une présentation officielle  consacrée à marquer l' ouverture du festival^par Philippe Ochem, directeur artistique infatigable et Alain Fontanel, adjoint à la Culture de la Ville de Strasbourg, place sur le  plateau au guitariste légendaire Ralph Towner: un solo brillant et virtuose, plein de poésie et d'allant sur des motifs voisins de standard ou de tonalités empruntes à d'autres culture: un moment de douceur que l'écoute de cette "guitare" sèche, "pincée" par un artiste humble et discret, sobre et talentueux.Bill Evans veille au grain!
Place au duo avec Paolo Fresu, un pur instant de félicité pour cette "réunion" de charme qui opère sur le mode surprise et référence pour illuminer ce début de soirée conviviale: un apéritif en pause entracte et voici le quatuor tant attendu

Paolo Fresu devil 4Tet
D'après des histoires vraies
On démarre sur les chapeaux de roue avec des morceaux de référence "Ambre" , "Desertico"et des pièces de leur dernier album
Puis c'est au trompettiste, le "patron" de la formation de présenter les origines , la genèse de cette musique si gaie et enthousiasmante: d'après des histoires vraies, du vécu, des rencontres, des aventures de tournée, les morceaux s'inventent, naissent, se construisent et atterrissent sur la scène .Les aventures des musiciens en Toscane, à Lucca en hommage à Chet Backer, sont délicieuses et révélatrices du talent de ce musicien, magicien du verbe autant que de la trompette !
Avec un accent délicieux, notre comédien-musicien-animateur se donne et offre le meilleur de sa générosité, humaine et musicale; un clin d’œil à Fellini et l'on embarque au fil des mélodies: e la nave va!
Au final, en rappel , deux "berceuses" maison, écrites à l'occasion de façon traditionnelle en hommage aux naissances des fils de ces "pères", passeurs de lumière, de bonheur et de jazz ébouriffant! Jazz dort pour terminer la soirée: bonne nuit les petits et les grands!
Enfant phare, en fanfare pour cette "ouverture" de jazzdor!
Laurent Kohler croque le concert en direct !


A la Cité de la Musique et de la Danse le vendredi 10 Novembre