dimanche 31 mars 2019

Musiques Eclatées : ça fuse de partout ! Nomade et vagabonde musique dans la cité. Un intrépide pèlerinage haut en couleurs


Musiques Éclatées 2019


- Concert 1
11h - STÉPHANE CLOR - Contrebasse
au Graffalgar

A cordes tendues

Stéphane Clor investit l'hôtel Graffalgar avec sa contrebasse et des haut-parleurs pour sa création "PERTURBATION LOCOMOTIVE", une matière en mouvement continu, dont l’inertie fait apparaître des erreurs qui vont peu à peu la faire dévier de sa trajectoire initiale.
La machine lancée, elle se met en rotation et accélère, les vibrations se heurtent en créant des interférences et des battements. La musique ralentit le temps à mesure qu’elle élargie l’espace.

Un beau réveil musical pour débuter en beauté cette journée "Musiques Eclatées" du 30 mars 2019 !
En route pour le marathon , ces musiques nomades, vagabondage matinal, à potron minet dans cette chambre d'hotel.Le décor, des cordes murales, tendues et tissées vont à point nommé pour cette première prestation:Intimité du lieu pour ce solo lancinant va et vient de l'archet sur les cordes de la contrebasse qui vibre, si proche du public. Éternel retour au point de départ,, répétition entêtante, envoûtante, paliers, plateau organisme de la tension qui monte. Transe, danse de l'éternel retour, en routine Y-aura-t-il en apogée, une délivrance à ce galop , train d'enfer, performance hallucinante pour cette "machine" infernale lancée sur des rails. Locomotive affolée, bête humaine qui accélère le rythme à l'envi, décélère lentement, imperturbable dans son système répétitif. On lutte contre le vent, les forces extérieures, les marées de ce flux er reflux: ça se meurt doucement dans un apaisement salvateur.

En route pour la suite des événements, sur le chemin d'autres contrées, d'autres espaces musicaux: encore 9 stations pour ce bivouac, "chemin de croix" ludique et prometteur.


Musiques Éclatées 2019 - Concert 2
12h - Roots 4 Clarinets
Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg

Culte matinal
Sous la grande nef, c'est l'heure de l'Angelus, la messe continue.Le quatuor nous attend, les clarinettes au pied de la sculpture contemporaine, petit buffet d'exposition des instruments....

Programme :
On démarre avec la pièce de Elvis Joan Suarez - Circulo Scriabin Modulor, (création)
Lente mélodie puissante et vibrante qui résonne sous la nef, le public autour rassemblé, nombreux, attentif.
Place à Clément Darlu pour- Chrones, (création)
Du souffle, du vent, des particules de son, un cor de basset pour cette futile, changeante et versatile bourrasque musicale. Foehn, mistral gagnant ou tramontane, au gré des vents en touches, pulsations et bribes de sonorités chatoyantes. Vol au vent aérien qui s'agite, animé, vivant, brise ou tempête, courants d'air: l'univers est riche de flux en cascades, de remous et tourbillons.

Au tour de Bruno Mantovani - avec Face à Face pour succéder
Très impressionniste, colorée, vif argent, la pièce scintille en fulgurances, violentes, vibrantes, vivantes.Accents et ponctuations virevoltent, cache-cache subtil en question réponse.Le débat-conversation entre les instruments se nourrit d'arguments, de paradoxes, à l'unisson parfois.Ou en ascensions dans les aigus stridents qui râpent les oreilles. Entente, connivence, écoute entre les quatre musiciens au diapason; dans des contradictions ou réconciliations dignes des états généraux de la clarinette!

Et au final,de Karol Beffa - Feux d'artifices
Ca fuse de partout, étincelante musique portée par les interprètes galvanisés par ce jeu de salves, de jets d'eau alternés, en rang serré et de différentes tailles! Amiance mystérieuse aussi, étrange suspens très dansant, ragtime à la Stravinsky, tango évoqué en citations. Mais ce serait Ligeti que l'on célèbre ici, en contrastes, sautillements entraînants, contagieux façon danse à la A.T. De Keersmaeker....Projections, jaillissements des notes, irruptions de scories de timbres: hérissée, pointue, piquante, la musique décolle, se déplace en sauts au firmament de la nef.

Avec Justin Frieh - Clarinette
Daisy Dugardin - Clarinette
Elodie Lefebvre - Clarinette
José Xavier Muñoz - Clarinette

Roots4Clarinets est un quatuor de clarinettes formé en 2015 par quatre étudiants de l’Académie Supérieure de Musique de Strasbourg, guidés par l’envie de partager une aventure humaine et musicale. Depuis sa création, le quatuor explore un large horizon musical, mêlant des oeuvres originales pour cette formation et des arrangements. Riche de ses origines (Espagne, Vénézuela, France), Roots4Clarinets souhaite promouvoir auprès du public des musiques issues de différentes cultures. Le groupe s’engage également dans une démarche forte d’interprétation des musiques d’aujourd’hui. Soucieux de partage et de transmission, ils créent en 2017 un Festival de clarinette et de musique de chambre en Espagne, qui s’inscrit dans une démarche à la fois pédagogique et artistique, autour de la musique et de la clarinette, des musiciens passionnés.



Musiques Éclatées 2019 - Concert 3
13h - Lovemusic + Christophe Imbs "Elektrisch"
LE BATEAU SANS MAITRE (création mondiale)

Ponton Embarcadère du Mamcs - Batorama
Emiliano Gavito - Flûtes
Adam Starkie - Clarinettes
Christophe Imbs - Fender Rhodes, effets

Panne d'eau faute de places!

Une création musicale spécialement réalisée par Christophe Imbs et Lovemusic pour ce concert très spécial de Musiques Éclatées sur un bateau avec la complicité de Batorama !
"Comme je descendais des Fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus guidé par les haleurs”
Arthur Rimbaud
L’hyperactif collectif lovemusic et le pianiste Christophe Imbs (électrisé pour l’occasion), artistes de chemins différents, se rencontrent dans une recherche sonore commune pour la première fois. Sur le son d’un Fender Rhodes, poussé dans ses derniers retranchements, se construisent de longues lignes mélodiques hypnotiques de flûtes et clarinettes.

Des influences électro/jazz rencontrent le jeu acoustique des deux musiciens fondateurs de lovemusic, toujours enthousiastes de découvrir les possibilités interprétatives de leurs instruments, et d’explorer des nouvelles rencontres créatives en poussant les frontières entre les genres musicaux.
Une navigation inédite dans un lieu improbable...
Création d’une nouvelle composition de Christophe Imbs spécialement écrite pour Musiques Éclatées !! A ne pas manquer !
.....Effets de manches: il n'y avait plus de place sur le bateau: on revient bredouille et déçu...





Musiques Éclatées 2019 - Concert 4
14h - HANATSU miroir
ECHOPLASME
Crypte de la Cathédrale Notre Dame de Strasbourg

Okai en piste !
Un Horspiel poétique annonce ErikM en personne!
"Entre paysages sonores hypnotisants et dispositifs instrumentaux envoûtants, la rencontre du duo HANATSU miroir et du compositeur ErikM parcourt la mythologie japonaise des Yokai (fantômes, monstres, ensorcelés). Il s’agit ici de flûte contrebasse amplifiée, d’objets de son et de lutherie électromagnétique parfois lumineuse, d’interférences de courants et d’ondes, le tout manipulé et retraité par le dispositif électronique « Idiosyncrasie » d’ErikM.

Place aux "Okai" ces petits personnages japonais menaçants, famille mythologique peuplant l'univers fantasmagorique japonais....Le corps singulier de la flûte basse faisant texte et sons, habité par ces esprits spectraux malins: une pièce de chambre à décrypter à l'ombre des arceaux et de la coupole de la crypte.Images animées, projetées sur la voûte pour créer une agitation maléfique et fictionnelle: des espaces vides s'y tracent: bureaux, couloirs exigus pour balade de fantômes de bibliothèques..Les froissements, crissements de la bande magnétique ou des sons en temps réel, des grincements, univers fantastiques se dessinent dans l'espace sonore. Symphonie pour portes et soupirs, vacarme, capharnaüm organisé, bouleversement de plaques tectoniques: on y est secoué, malmené, dérangé, intranquille comme ces spectres errants, se cognant à la matière sonore et minérale de l'environnement lapidaire.Des visages en fresque au plafond , comme des ex voto, parmi les plaintes et lamentations des esprits frappeurs., Ectoplasmes égarés, chant de sirènes perdues, comme submergées par des avalanches de sons qui ensevelissent les images. S'en dégager, fuguer, prendre la fuite, s'échapper à tire d'ailes de ce magma musical.... On est menacé par les salves des sons, les échos de la réverbération: texture, matière, étoffe et fibres pour tisser une toile tendue: combat singulier, lutte avec l'électroacoustique: la guerre est déclarée, le marteau piqueur sans maitre opère et frappe là où ça fait mal!
Tonnerre et foudre au final dans ce refuge, crypte cachée où tremblent les chapiteaux, comme dans une bonne cave à vin qui mijote des cuvées uniques, ce concert fera date dans l'histoire de la cathédrale, ébranlée sur ses fondations de bois flottants, poutres de fondation secrètes!
Déchirements, amoncellements, craquements de braise, cris d'oiseaux: tout est passé au crible et chacun des trois interprètes se bat, se défend face à ce déferlement. Les esprits se rient, se moquent et entraînent dans leur sillage chacun de nous. Assis sur son siège de prière!
Dans les bois, aussi, sur la voûte imagée, on frémit et tremble de peur...Peur des ancêtres, des ectoplasmes des spectres! Sonne l'heure des vampires dans une friche abandonnée: les oiseaux Hitchcock veillent au grain..Et nous poursuivent!
Belle prestation de ce trio unique, uni dans la grâce ou l'horreur du partage d'univers incertains, étrangers...

Olivier Maurel - Percussions
Ayako Okubo - Flûtes
ErikM - Electronique live et composition



Musiques Éclatées 2019 - Concert 5
15h - Voix de Stras' - Catherine Bolzinger
LES QUATRE SAISONS... SE DÉCHAÎNENT
(par Arturo Gervasoni d'après l'œuvre d'Antonio Vivaldi - Avant-Première)

Au bonheur des dames

En route à présent pour les "grands magasins"MagMod", au "Bonheur des Dames" pour un "Bon Marché" sonore: c'est le"Printemps" aux Galeries Farfouillettes, nouvelles galeries pour voix de Strass sans paillettes! Dans l'escalier monumental des Galeries Lafayette, un quintet nous attend: cinq notes de musique, noires, sur la portée des marches d'escalier: ça va fuser!
"Un été indien en octobre, des fleurs aux arbres en février et des températures caniculaires pendant le mois d'août : il n'y a plus de saison ma brave dame ! Qu'en aurait pensé ce cher Antonio Vivaldi pour qui les saisons étaient réglées comme du papier à musique ? C'est la question que posent les Voix de Stras' à Arturo Gervasoni, compositeur de l'hémisphère sud, en lui confiant une transcription pour 6 voix de femmes du célèbre chef-d’oeuvre du compositeur vénitien…
Avec une grande générosité et une complicité communicative, les Voix de Stras’ interrogent les enjeux d'aujourd'hui en paroles et musiques. Leur intervention à Musique Éclatées vous offre en avant première de leur prochaine création : Les quatre saisons... se déchainent."

Dames de pic et de coeur, de choeur, voici nos cinq cantatrices affolées par les saisons: pizza quattro stagioni au menu de cette revisitation originale d'un canon de la musique rabâchée!
Textes et chant à cappella, entre les rangées de petits slips des "Galeries marchandes", c'est à croquer et tout l'humour, la distance des citations de cette oeuvre dirigée par la cheffe de choeur résonnent sous les sunlight. Purcell, Clément Janequin surgissent en écho à cette version désopilante: chuchotements, cris de Strasbourg, pépillements, cancanements d'oiseaux qui picorent et bien d'autres images surgissent de cet univers sonore très dense On passe d'une saison à l'autre dans ce "défilé" de collection particulière: printemps/été, Automne/ Hiver !!! Les habits de saison en prêt à porter sur les cintres du magasin: car le cadre n'est pas innocent et le public, étonné et séduit, se laisse conduire au gré des saisons, par cette oeuvre parée de ses plus beaux atours! Avec irrévérence, talent et virtuosité dans l'exécution de la partition vertigineuse, les chanteuses se déchaînent et proposent une version musicolo-écolo  très d'actualité sur les dangers de la mondialisation de la planète: le circuit court, court-circuite la musique vocale pour un voyage de proximité où cinq fruits et légumes par jour suffisent à nourrir nos cantatrices inspirées! On trouve tout à la Samaritaine!

Catherine Bolzinger - Direction
Belinda Kunz - Chant
Rebecca Lohnes - Chant
Claire Trouilloud - Chant
Barbara Orellana - Chant
Magdalena Lukovic - Chant




Musiques Éclatées 2019 - Concert 7
17h - ACCROCHE NOTE - GEORGES APERGHIS, LE SON EN MOUVEMENT
Salon de l'Hôtel de ville de Strasbourg

Aperghis en majesté !

Sous les lustres et pampilles, derrière les rideaux rouges des salons de l'Hotel de Ville, voici du 100 °/° Aperghis au menu!

Programme / Georges Aperghis :

- Monomanies (I, II, III, IV) pour soprano

Elle démarre le concert, toujours habillée original, sorte de costume seyant d'écolière stylée...
Par coeur et sans pupitre, la voici qui attaque, prend, empoigne la pièce de tout son corps, tendu par la performance vocale: éclats de voix, précise, nette, lapidaire et laconique, damoiselle précieuse, elle raconte une histoire: elle brûle, enflammée en parler-chanter, en déclamations, monotone, monomaniaque! C'est impressionnant et cette mise en bouche apéritive augure du meilleur entremet, plat et dessert pour la suite du festin de Georges.

Suivent, -" Deux couplets pour voix, clarinette-contrebasse", une oeuvre de 1988 dédiée à l'Ensemble par le maitre. L'instrument à vent convoqué, tel "une tuyauterie de chauffage central recyclée" dixit Armand Angster en personne.
Ils se doublent, se confondent, en sanction irrégulière. Timbres curieux et rares de la clarinette basse ,hauteurs différentes, hachées en ascension marche par marche, degré par degré. Puis ils alternent la donne en tons cuivrés, feutrés, ouatés, en contraste avec la voix vibrante.
Comme un oiseau sur sa branche, elle cause, pépie; de belles basses comme parterre, des empilements et accumulations comme spécialités du chef Aperghis aux cuisines.

- "Simulacre 4 pour clarinette basse " enchaine
Sirènes de bateau qui ne veut pas quitter le port, voix qui surgissent, sourdent de l'instrument: des personnages apparaissent, musicaux , en chair et en sons. Théâtre du son, de la diversité musicale, conférence de notes , de timbres et de hauteurs pour un petit peuple réuni en un seul corps. Celui de la clarinette basse d'Armand Angster, maitre en la matière. Un intrus parfois, son étrange, qui s'intègre sans altérer le reste.Une palette de couleurs sonore, riche pour un tableau vivant, vibrant.

- "Corps à corps théâtre musical pour percussionniste et son zarb"

Surprise: une musicienne grimpe sur une table, puis, perchée commence un rituel païen, danse des mots, des onomatopées Corps-accords, corps-raccords, corps à corps avec son zarb!
Une ambiance "polard" surgit à travers ses mots, au fil du texte qui se précise dans une syntaxe dissimulée, découpée, inventoriée. A la façon du théâtre musical du compositeur prolixe en récitation et autre déclamation désopilante. Au galop, en cavalcades sidérantes, en précipitations vertigineuses, l'instrumentiste-comédienne se joue de toutes les embûches et sublime les obstacles. Virtuose, avec force et violence, détermination, habitée par les tempis et le rythme infernal, Camille Emaille défie les possibilités du genre.Avec brio, inquiétude et questionnement aux personnages des tapisseries environnantes qui doivent se poser bien des questions! Comme un chevauchement animal débridé, maintenu au harnais de main de cavalière chevronnée, l'oeuvre prend tout son sens musical, son exotisme, sa singularité.
Rustre et jouissive comme une chevauchée sauvage course poursuite dans des contrées à conquérir.


- "Simulacre 1 pour voix, clarinette et percussion"

Suite et fin du festin avec un quatuor, des guerriers de la beauté puisque la danse s'y ajoute, comme pour un trèfle à quatre feuilles. Danse en tissu de corps nacré, bruissant qui frôle les spectateurs: Léna Angster, visage lisse, danse, profilée, intrusive dans les failles et interstices de l'espace restreint. S’imisce dans la musique à quatre voix, se glisse, reptile gracieux: de beaux enroulés, des mains qui dessinent, extatique, elle se love, se cabre, danse tribale au poing: entravée, caresse l'espace: oiseau mécanique bondissant, les segments corporels à l'appui, elle dialogue avec ce fatras musical, où chacun pour soi, s'exprime! De belles poses et pauses silencieuses du corps pour calmer la cacophonie ambiante, le joyeux capharnaüm à la Aperghis. La danse met de l'ordre, du liant, en fugue et en envolées




Françoise Kubler - Soprano
Armand Angster - Clarinette
Camille Emaille - Percussions
Lena Angster - Danse

Ensemble de solistes formé autour de Françoise Kubler et d'Armand Angster, Accroche Note investit de manière multiple le répertoire des musiques d’aujourd’hui.

Musiques Eclatées le samedi 30 MARS dans la cité secrète strasbourgeoise, en diable !
Paul Clauvel, en capitaine avisé ou berger guidant son troupeau de fans ou d'intrépides pèlerins de la musique d'aujourd'hui!



"La Dame aux camélias" rougit de velours et s'abandonne: sans fleur ni couronne..


"La Dame aux camélias est un roman d'Alexandre Dumas fils paru en 1848, qu'il a adapté pour le théâtre en 1852. Il raconte l'amour passionnel entre un jeune bourgeois, Armand Duval, et Marguerite Gauthier, une demi-mondaine atteinte de tuberculose. L'auteur s'est inspiré de sa liaison avec la courtisane Marie Duplessis et l'a écrit quelques mois après sa mort. Le metteur en scène Arthur Nauzyciel porte à la scène cette grande histoire épique et tragique en interrogeant son contexte : comment la société bourgeoise a-t-elle fabriqué et institutionnalisé la prostitution ? Dans un dialogue entre littérature et cinéma − via un film original − il questionne la dualité entre réalité et fiction."




Ce sera le rouge, la couler dominante de cette pièce; devant  le rideau de scènec'est elle, Marguerite qui apparaît, vêtue de blanc, robe longue légère, bretelles fines comme une robe de nuit , d'intérieur pour un huit-clos, pièce de chambre, en vase clos, maison close.
Au travers de ce voile rouge translucide, un amas de corps nus se meut dans une lenteur simulée: corps désirables, canoniques, beaux, sensuels animés d'une mouvance suave, langoureuse. Ils se déploient et bordent une voix off qui conte la destinée de Marguerite, cette courtisane, libertine,prostituée des grands boulevards parisiens, grisette de la rue d'Antin.
Ambiance boudoir baudelairien assurée: une sculpture, grand pénis dressé comme une balançoire annonce la "couleur" et les intentions de mise en scène.Matrice rouge, tapis et estrade moquettée, plafonds molletonné, capitonné comme de la ouate pour apaiser les bruits sourds de cette communauté, vouée au plaisir , à la débauche stylée. Marguerite est "soutenue" entretenue , choyée protégée par ses souteneurs et l'ambiance "foyer" de l'opéra de Paris ou de la salle Favard est fort bien rendue.Les corps alanguis s'animent et les personnages se dessinent peu à peu.Comme dans un hammam, ils bougent lentement dans ces vapeurs chaudes où la luxure baigne Les tableaux de Chassaignac en tête pour cette communauté érotique et sulfureuse viennent à l'esprit: la chorégraphie de Damien Jalet, souligne discrètement la langueur, la sensualité de ces corps à demi nus qui chuchotent leurs désirs et cette histoire machiavélique.On y chante le plaisir, sur les visages filmés au plus près dans la jouissance des nuques, cous et parties de corps érogènes Les images en noir et blanc, le décor qui s'y profile, chambre d'amour, boudoir , loge, baignoire et balcon de théâtre, seront les lieux, endroits où ce "milieu" évolue. Armand, l'amant enserre de ses bras, Marguerite déjà absente par la maladie qui la ronge.Oisif, ce petit peuple parle, danse, partage le même sort: l'argent y est déterminant et l'on achète le sexe, pas l'amour!
Calfeutré, confiné dans son altérité, ce micro-monde s'ébat, se donne à entendre et voir avec doigté, sensibilité, finesse.Dans leur fauteuil rouge sang, les deux protagonistes, agenouillés confessent leur passion: rendez-vous manqué. Le père de Armand vient mettre de l'ordre dans cette débauche, débâcle de corps vendus, prostitués. Et les menaces tuent, déchaînent les passions que l'on sait. Très proche du récit fort connu de cette Traviata, Viloletta, fleur éclose puis fanée, l'intrigue va bon train.Fleur cueillie, coupée, arrachée.
Images d'exotisme pictural pour cette "entreprise" du sexe, ce commerce lucratif, spéculatif qui entretient les femmes: "paye moi" si tu ne m'aimes!
L'esclave Marguerite s'exclame, rugit , se rassure aussi en regagnant sa condition initiale et sa mort prochaine.
La campagne mettra une parenthèse salvatrice à tous ses ébats mais vite le naturel reprendra le dessus. Sens dessus dessous chacun regagne sa case départ, son destin et la fatalité de quiproquos désolants. La belle vie en images filmées, animées de bal, danse, visages défaits par l'extase et les orgasmes Le duc refait surface, avec fortune et salut, Armand cherche de quoi acheter sa belle qui flétrit, s'étiole, se fane et dont les pétales ne disent plus: "je t'aime, un peu, beaucoup, à la folie....pas, plus du tout". On danse encore le madison débridé, Prudence, l'amie qui trahit donne encore quelques conseils fallacieux, en médiatrice avisée, payée par ce "monde" infernal, implacable plaque tournante du commerce du vice. Images salvatrices de campagne, d'arbres qui cachent la forêt des mensonges et personne n'est dupe.
 La peau du monde, à fleur de désirs, les corps toujours livrés à s'adonner à la chair...L'univers semble se rétrécir autour d'eux: le plafond rouge, calfeutré s'abaisse, prison, geôle parfaite de ce huit clos kafkaien en diable.
Les comédiens-danseurs se meuvent à l'envi comme des créatures de rêve dans des alcoves, loges de théâtre où il fait bon se réfugier.
Une version attachante de l'odysée de cette dame aux camélias à qui on ne fait pas de fleurs... Ni fleurs, couronnes pour sa mort annoncée...

Au TNS jusqu'au 4 Avril



D'après le roman et la pièce de théâtre La Dame aux camélias de Alexandre Dumas Fils
Adaptation Valérie Mréjen, Arthur Nauzyciel
Mise en scène Arthur Nauzyciel
Avec Pierre Baux (M. Duval), Océane Caïraty (Nanine), Pascal Cervo (Le Docteur / Olympe), Guillaume Costanza (Arthur de Varville), Marie-Sophie Ferdane (Marguerite Gautier), Mounir Margoum (Gaston Rieux), Joana Preiss (Prudence Duvernoy), Hedi Zada (Armand Duval) 
Scénographie Riccardo Hernandez
Lumière Scott Zielinski
Réalisation, image et montage film Pierre-Alain Giraud
Son Xavier Jacquot
Costumes José Lévy
Chorégraphie Damien Jalet

samedi 30 mars 2019

"Idiot syncrasy" Igor et Moreno.... sont pris d' assauts. Le sot l'y laisse sur trampoline !



"Enfant de la crise, des désirs du temps et de ses frustrations, Idiot-Syncrasy, se consacre inconditionnellement à la joie du corps. Ce duo, qui débute entre chant sarde et jumping, n’est pas au bout des défis qu’il se donne : exprimer des idées par le mouvement, la voix, le son et le design en articulant, crescendo, une action à un saut. L’audacieuse tentative, on le devine, n’est pas sans désillusion et les deux jeunes chorégraphes Urzelai et Solenas, de nous en faire partager les déboires avec jubilation."


Encore en tenue de sport, les deux danseurs.....! Mais où sont les tutus sur les pelouses?






Bref, tapis de danse tout blanc, pendrillons à l'identique, l'idiosyncrasie -tempérament propre et particulier- s'éveille en eux, en nous, une heure durant: kway, baskets et voilà deux chanteurs entonnent à cappella des mélodies folkloriques-corses ?- avec brio et maîtrise vocale.Regards salle pour ces deux escogriffes singuliers, vêtus d'une altérité qui va bientôt basculer dans la métamorphose: celle de deux pantins bondissants, remontés comme une mécanique d'horloge,; ils frétillent, les talons s'élèvent, la pointe des pieds décolle: ils sautent et sauteront encore et encore!
Rebonds, avec pour accompagnement musical, les percussions et claquettes de leurs sauts, répercutions au sol de leurs poids légers.
L'un maniaque, ôte ses vêtements en les repliant, l'autre, désordonné, toujours en sautant, se déshabille en déséquilibre, sans lâcher le tempo et l'élévation sempiternelle.
Ranger pour mieux sauter.
Tels des jumeaux, côtes à côtes, relax, les genoux flex pour mieux amortir les chocs et boire l'obstacle, les voilà embarqués dans une prestation à long cours, imperturbables, incorruptibles: que d'efforts dissimulés pour garder le tempo, la cadence, quelle dépense d'énergie pour maintenir l'attention du spectateur et la tension musculaire!
Nos deux athlètes n'ont de cesse de rebondir sur place, puis en jaillissements dans l'espace ouvert. Un peu d'apaisement et l'on se boit un peu d'eau de vie, que l'on offre au public, dans la salle, toujours épris du mouvement répétitif obsessionnel: le rebond;
Exercice circassien de concours de garçon de café.
La machine est lancée, bien huilée, bien remontée sur piles et fonctionne sans embûche. Sans grain de sable dans les rouages.
Reculades vertigineuses, gestes langoureux, l'automate et son double fait impression et mouche: corps-trampoline, un solo par ci, un duo par là, dans une endurance sidérante, ils tiennent la longueur sans faille, transpirent, et l'on est en empathie cathartique avec nos deux anti héros capables de tout. Face à face, en miroir, ils trinquent à notre santé, pied de nez aux convenances.
Leur nature a changé, ils se sont métamorphosés en bête de cirque dociles et manipulées par des forces extérieures. On n'achève pas les chevaux en danse et les sauts se stylisent en figures classiques en jetés dans l'espace à conquérir, toujours rythme en tête et en chair; Arabesques aériennes de concert, envolées, virtuoses pour ces deux performeurs hors pair. Et que ça saute encore et toujours. En silhouettes découpées, noires sur fonds blancs, en fantômes, t- shirt à leur effigie, les yeux dans le dos....Puis ils s'empoignent, se rejoignent, s’emboîtent pour ne faire qu'un, siamois, félins pour l'autre : pas de fatigue apparente, malgré cette dépense, cette perte que l'on se complaît à regarder: jusqu'où iront-ils dans l'épuisement? Comment se ressourcent-ils?
Ils se cherchent, se poursuivent, se dévisagent: fin des rebonds pour adopter toujours en rythme, d'autre figures, plus glissées: chant final dans la quasi obscurité pour clore en boucle cette prestation périlleuses à vous couper le souffle.
Un beau porté au final, quelques traces et signes d'esquives, feintes et esquisses et ils nous quittent, le torse droit, les jambes qui tricotent encore en rémanence: tout s'écroule autour d'eux dans un grand fracas alors que la machinerie des corps s'arrête en "dernier ressort" de cette course contre la montre, métronome hypnotique et ressassant inlassablement le mythe de la répétition. Le "saut" n'y laisse rien....

A Pole Sud le 29 Mars dans le cadre du festival Extradanse



vendredi 29 mars 2019

"Accusations" par C° WArd/waRD : Ann Van den Broek : le verdict est bon: acquittés!


En anglais surtitre en français 
"Pièce de groupe d'un nouveau genre inspirée par la lecture d'Introspection de Peter Handke, Accusations, prend la forme d'une course de relais hypnotique. Cette étrange sorte de machine humaine donne voix aux interprètes, multipliant les points de vue sur les zones d’ombre de nos humanités. Du texte de l'auteur autrichien, il ne reste que l'essence et la répétition. Entre énergie et humour noir, concert et installation vidéo, la danse de Ann Van den Broek déplace les frontières du théâtre." I.F.

Noir: plateau, costumes, noir et blanc pour les images vidéo différées ou en direct: le ton est donné pour ce sempiternel défilé, marqué au sol par un carré lumineux, néons obligent et un trajet comme sur un podium de défilé: une routine ensorcelante, médusante où huit danseurs, hommes, femmes à parité, se meuvent en alternance
Elle, la chorégraphe fait les préliminaires de ce show érotique;
Bruits de pas, chacun prend position à la queuleuleu et donne une image très singulière de lui-même; tous différents, gabardines ou collants noirs moulants dans des matières au noir scintillants, presque cuir ou plastique.Les attitudes, poses ou postures ponctuées par un lancinant frappement de la musique en live Au barreau des "accusés", chacun argumente, gestes et postures au poing dans un beau parlé gestuel très personnel: on se défend avec agilité et intelligence! Accusé, levez-vous! Relevez-vous !
"Je n'ai pas réussi à " entonne la chef de rang, mi gothique, mi punk et voilà le résultat
Une litanie obsédante qui fait froid dans le dos, un défilé en cadence où l'on frappe, souffle sur les micros, où l'on crie ou s'arrête en poses languissantes, sensuelles. Les visages animés de mimiques discrètes, maquillés, les yeux pétillants. Plaintes orgasmiques : comme une marche martiale, ponctuée par un métronome omniprésent, dictateur du rythme.Reptations animales, toujours dans le sens des aiguilles d'une montre pour les danseurs-acteurs de ce show quasi fantastique. La caméra en contre-plongée fait des plans rapprochés, mouvants de cette faune étrange : bruitages incandescents de folie contagieuse.Sur le ban de ces "accusés", justice se fait, éloquence et plaidoyer des gestes à l'appui!

On est à la Fashion Week, presque chez Victor et Rolf, dans un style néerlandais minimaliste, loufoque et perturbant. Révolution de podium, de matières, de lumières pour cette danse sans transe mais bardée de magnétisme Hitchcockien!
On regarde sur l'écran, ces bestioles humaines défiler une à une, on scrute les expressions avec avidité, excité , titillé par le rythme incessant qui borde l'action.Ca passe et ça repasse, va et vient oppressant, hypnotique: les chauve souris de ce bestiaire mi homme mi animal, réveillent les flux et tendances au mystère.Comme un cortège funèbre, joyeux, burlesque qui n'en finirait pas de faire des pieds de nez à la camarde!
Sur l'étroitesse d'un simulacre de podium.



La marche est répétitive, à chaque fois s'y ajoute un infime détail de mouvement différent: les têtes se cassent le cou, les bras ou hanches ondulent, les regards fascinent .
En secousses, en ébranlements directionnels, à l'unisson parfois, ce petit monde avance, tribu exécutant son rituel païen, sans foi ni religion, mais avec partage et intelligence de ce qui peur "relier". Des voix enregistrées se superposent dans un brouhaha démentiel et l'on se surprend à adhérer à cette ambiance, atmosphère noire de polar punk où l'outre noir comme sur une toile de Soulages fait rebondir fantasme, espace et profondeur des abysses de l'absence de couleur.
Noir c'est noir, il y a de l'espoir dans cette micro société où tension et concentration peuvent s'infléchir en un petit décalé, une chute ou un chassé-croisé de regards.
Accusés, vous êtes "acquittés" !

Au Théâtre de Hautepierre le 29 Mars
Dans le cadre du festival Extradanse, initié par Pôle Sud CDCN

mercredi 27 mars 2019

"Les diablogues" de Roland Dubillard: Un duo nez à nez, d'enfer !

Roland Dubillard (1923-2011), Molière du meilleur auteur pour cette pièce en 2008, se situe dans la lignée des grands auteurs surréalistes français (Jean Tardieu, Jean-Michel Ribes, Roland Topor).
3Il joue avec les mots, les êtres et les situations incongrues dans lesquelles il les place. Dans cette pièce qui est son œuvre phare, il crée une suite de rencontres inattendues dont l’absurdité des propos suscite le rire immédiat.Autant un exercice littéraire comique qu’un duo de clowns fragiles, de clowns du verbe, « Les Diablogues » mettent en jeu deux personnages, Un et Deux, dans la dérision de leurs obsessions : une respiration comique de laquelle s’exhalent des parfums d’amour, de gravité, de poésie.Parés de l’innocence des personnages beckettiens, du goût du verbe classique et de l’amour de la comédie, entre tendresse et pudeur, les deux personnages apparaissent dans un dénuement les rendant aussi vulnérables que têtus, mais toujours profondément humains et terriblement drôles !3
Christophe Feltz, comédien, metteur en scène, mars 2019

Ca démarre sur les chapeaux de roues ce soir là au Café Brant: les deux compères s'attaquent à Freud pour cette "symphonie en levrette" qu'ils auraient aimé écrire, dans la plus belle des dérision à propos de la psychanalyse lacanienne! 
Et "hop" on plonge avec eux, ou plutôt sans eux, ces deux poltrons polémiqueurs et empêcheurs de tourner en rond...En slip ou en caleçon, dans des gerbes de plouf, c'est comme ça qu'on les aime: Dubillard comme muse et inspirateur de connivence joyeuse et absurde en diable! Leur nez n'est pas "boucher" et c'est bien nez à nez qu'ils s'affrontent, bien nés.
D'un ministre de la culture on retient une tête d'andouille et une envie de "décentraliser" la culture dans des "maisons" dans le Centre, le massif central! Excellentes "remorques" tout du long sur les "centres" culturels délocalisés.
Un petit tour chez les métèques histoire de causer de la légion d'honneur: on glisse d'un univers à l'autre à l'envi, les propos se dérobent au profits d'autres sujets qui refont surface quelques sketches après...Les deux comédiens s'agacent, se contredisent ou se complètent, se dérangent et s'importunent pour leur plus grand plaisir et le nôtre.
Un jeu de "ping-ping" taping-tapong avec une cousine Paulette à partager, Arlésienne fantôme: c'est bien rythmé, absurde et surréaliste à souhait.
 Alors on va "décrocher la timbale" avec le dialogue d'un jeu télévisuel ridicule et stupide à souhait où le joueur anti héros gagne toutes les questions à son unique sujet!
La mémoire questionne un spectateur du théâtre Français: les voilà en tragédiens émérites, caricature légère de Corneille ou Racine.
Au tour de Beethoven d'écrire en étant sourd ce qui n'est pas paradoxal, puisque l'un d'entre nos deux compères se bouche les oreilles pour coucher les mots sur le papier
La langue de Dubillard est piégée, pleine d'embûches, de nids de poule et de trottoirs non sécurisés ni stabilisés. Plus de balises ni de marquage sur la chaussée déformée!C'est fin, drôle et distancé, subtil, sur la corde raide toujours.
Des "si" et des "non" en cascade histoire de se contredire en avançant toujours sans patiner dans le vide. Dialogues féroces de salles gosses, fiers de leur papa, qui font du hachi de zizi et vont pleurer dans les jupes de leurs mamans...
Comme des "cadavres exquis" la plume de Dubillard s'entrechoque, se contrarie sans cesse, sans apparemment ni queue ni tête mais avec beaucoup de malice ingénue.
Un excellent moment en bonne compagnie: Christophe Feltz et  Luc Schillinger au mieux de leur forme;
Au café Brant le 27 Mars


La grande Sophie à hue et à "Dadaaa" !


Amélie Poirier, Les nouveaux ballets du Nord-Pas-de-Calais.

"Pied de nez à la rigueur des conventions et aux batailles idéologiques du début du XXe siècle, le Dadaïsme marqua, par sa liberté créatrice et son irrévérence, l’imaginaire de nombreux artistes. Pour les plus jeunes spectateurs, Amélie Poirier se plait ici à reproduire à échelle variée des marionnettes cubistes et minimalistes de Sophie Taeuber-Arp et des photomontages d’Hannah Höch.Le tout dans une performance électroacoustique inspirée par les poèmes d’Hugo Ball et Tristan Tzara où la parole devient davantage matière que sens. Trois danseurs-marionnettistes et un contre-ténor performeur nous plongent dans un monde imaginaire, un univers plastique qui fait se rejoindre espace sensoriel et questionnements politiques portés par l’esprit Dada. Car Dada n’a ni queue ni tête. Dada colle, agrège, mélange, travestit… Dada se moque. Qui mieux que les enfants sont Dada ?"
Et l'on en sort "gaga", enchanté par ce bel hommage à la grande Sophie et à son écurie fantaisiste de marionnette, à doigt, à fil..."Le Roi Cerf" se taille la part belle et sur scène, des reproductions de ces figurines dadaistes occupent l'espace Les quatre comédiens ouvrent le ciné-bal à l'aube -Aubette- de ce parcours fantastique dans l'univers de cette femme artiste hors du commun: danseuse et créatrice de tissus, mini-textiles merveilleux!
De la poésie sonore sourd des lèvres d'un violoniste-chanteur ténor alors que la figure de la peintre s'occupe à grimer ces créatures rêvées. Tous s'amusent, rigolent, joyeux quatuor qui se questionne dans une langue inconnue.

Deux danseurs épousent la forme d'une grande marionnette anguleuse, tout de doré vêtue.Comme elle, ils se désarticulent, mimétisent en même temps: corps perchoir pour une autre petite figurine qui s'envole...La musique vocale bat son plein, de beaux portés soulèvent les autres pantins, sculptures à deux dos: transport de corps: les "écrabouillé, araignée et autre accident" de parcours labial pour un peu d'absurde, de surréaliste dans cette histoire abracadabrantesque.Des coiffes dorées, des costumes chamarrés pour ces marionnettes à main, comme des gants de couleur qui chatouillent les comédiens-danseurs.Un petit cerf se fait manipuler, à petit pas, grimpe sur les corps alors que son alter égo, avatar, le Roi Cerf, magique et tribal s'émeut et partage le plateau.


Dans un langage codé, mystérieux oracle. Trophée de cornes brandi pour la chasse. Les trois comédiens, en noir et blanc, la danseuse toute jaune font un tableau vivant, mouvant faisant évoluer masses graphiques et couleurs.Le vibrato de la voix, ses fréquences, son timbre, intriguent, bizarre. Une  marionnette rouge et blanche à entonnoir de fou, joue du violon puis s'envole, cigogne de pacotille.Puis se cogne aux vitraux de couleurs. Un chapeau dada, de Carême, toque de chef dada foutrac fait mouche.Une autre marionnette bleu scintillant, robot manipulé par pile comme un play-mobil télécommandé, des chapeaux à colonne comme dans un défilé de mode....L'univers évoqué est riche et varié, la langue étrangère inventée, musicale en onomatopées, et ce joyeux brouhaha, enchantent petits et grands. Danse de bâtons au final, en tourniquet, portrait de groupe avec la peintre et ses modèles: tout rentre dans l'ordre, la vie s'arrête: "réveilles toi" le conte est fini!

Au TJP jusqu'au 28 Mars"

mardi 26 mars 2019

"We were the future" : Meytal Blanaru : l'attraction furtive, juste le temps du doigté de la danse.


« Et si nous n’étions qu’une collection de moments fugaces ? Peut-on se fier à nos souvenirs ? » se demande Meytal Blanaru. Ainsi la jeune chorégraphe israélienne a imaginé, ce trio de danseurs accompagnés d’un musicien et le public assis autour, à proximité. Prenant appui sur l’expressivité des corps et de la musique live, leurs gestes se déploient avec une intention commune : créer un paysage, le paysage insaisissable d’un souvenir..."

Sur un tapis de danse , carré blanc bien défini, trois danseurs , pieds nus, tenue légère claire et blanche, dansent, du bout des doigts: immobilité, petit bougé infime, imperceptible mouvance très finement ciselée. Saisir, pousser, prendre, offrir en seraient les tenants, les suggestions à peine dévoilées. Du "petit rien", du "à peine" ou  "presque pas", feutré, discret: un brin d'évaporation , de suspension, d'apesanteur dans la lenteur qui se déploie à l'envi.Juste le visible émergé des muscles profonds qui s'émeuvent et fond surface à fleur de peau. Les regards flottants ou précis, concentrés, divergeants. Les vibrations de la musique live d'une guitare amplifiée les pénètrent, les habitent et se prolongent à travers leurs corps, porteurs, récepteurs puis émetteurs à leur tour, des ondes vibrantes.
Les parties du corps de chacun s'animent peu à peu plus perceptiblement, créant de l'espace, dégageant les issues, les voies de passages. Grande concentration à l'unisson, écoute et respect de l'espace de l'autre.Lentement, ils se redressent ou s'épanouissent, dans une danse effleurée, touchée, caressée.
On s'attarde sur l'un, l'autre, puis les trois à l'occasion d'une construction spatiale en diagonale.Postures, attitudes ou pauses toutes personnelles.Dans une marche commune, ils se rejoignent, descendent au sol: de plain pied, statuaire mouvant sans piédestal.


 "Juste le temps"
Ils s'animent, se réaniment dans des tempi différents, puisent dans des mesures millimétrées, dosées savamment.Les regards perdus au loin, aimantés, attirés par des ondes qui les manipulent, les dirigent: comme suspendus, aspirés par des forces extérieures. Mémoire de la matière inscrite dans les corps, gestes, esquisses interrompus, lutte contre leur gré Attraction, répulsion dont ils seraient les objets, les instruments en mouvement docile et intensément vécus. Des contacts feints, échappées belles, diversion, esquives détournant ou épousant les contraintes de la gravité. La musique en continu, écho, réverbère et ricoche les traversant à foison.Englués, dans la matière, en résistance, en tension, c'est comme une lutte interne, épuisante.
Un solo  tressaillant, plein de tremblements, de tétanie ou d'abandon retenu est de toute beauté: fébrile, prisonnière de ses spasmes vibratiles l'interprète, femme dévolue toute entière à son art charnel et très sensuel.


Les deux autres danseurs l'observent, attentifs. Les trois personnages énigmatiques figures de quelque épopée ou odyssée de l'espace s'unissent à nouveau, prennent place parmi nous pour scruter la frontalité et danser le sagital, du bout des doigts, de la main, comme une adresse mystique, un  oracle de prédilection.
Sur le futur déjà disparu, sur le présent tout proche, sur un passé oublié?
Des gestes de la main, ouverte, guident la danseuse, la happe, l'éperonne: l'air est matière, ils s'y confrontent sans cesse, malgré des obstacles irréels qui les entravent. Volte face, pour mieux faire front: l'énergie aux bout des doigts, et plus loin encore, au delà du regard qui prolonge espace et directions. On s'y infiltre, on s'y déploie en empathie plénière, distillant l'essence de ce récit tactile, fébrile, cette narration subtile et dramatique.
Des instants rares où la danse est une fois encore terrain pour l'école buissonnière des plus belles escapades.

A Pole Sud le 26 Mars dans le cadre du festival Extradanse

lundi 25 mars 2019

"Mutant stage" Une série dansée , en chantier !


"Mutant Stage" est une série de courts métrages chorégraphiques initiés par les commissaires Amélie Couillaud et Dimitri Chamblas et produits par Lafayette Anticipation – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, dans le cadre des travaux de réhabilitation de son bâtiment entre 2015 et 2017.

"Cloud Chasers" marque le 7e épisode de la série, réalisée par (LA)HORDE

[Marine Brutti, Jonathan Debrouwer & Arthur Harel] avec akub Moravec, Jakub Sonnek, Michal Zdražil et la participation d'Aymeric Barraban, Patrick Bedué, Julien Berrebi, Elodie Clairin, Céline Fantino, Tristan Gac, Gabriel Keslassy, Adrian Mabileau, Julian Saint-Hilaire.

Du pole dance sur les échafaudages, au ralenti, et le tour est joué! Pari tenu pour tension, grands écarts en ombres chinoises portée, en silhouettes longilignes.



Suite de la série de courts métrages chorégraphiques produits par la Fondation Galeries Lafayette, tournés in situ dans le cadre des travaux de réhabilitation de son bâtiment, rue du Plâtre, à Paris, entre septembre 2014 et mars 2016. -- Premier court-métrage réalisé par Wendy Morgan Avec Volmir Cordeiro et Pauline Simon


On y danse à tous les étages, dans le blanc du chantier, vers la lumière des baies vitrées...C'est étrange et spectral, en ralenti, dans les espaces libres du loft.



Et le clip ave Arno Schuitemaker

Belle danse inventive captée sur le chantier de la fondation parisienne pour l'art contemporain, filmée par Lukas Dhont (Girl)...
Un batteur allumé détecte et nourrit la danse sur talons de Jan Martens, galvanisé par l'environnement hostile des échafaudages et autres obstacles de l'architecture.