mardi 18 juillet 2017

Danse d'ailleurs et d'ici en Avignon le Off 2017

"As Four Step" de Ljuzem Madiljin de Tjimur Dance Theatre


Rituel in situ
Un rituel très contemporain, terrestre, légendaire où deux femmes, deux hommes sont vêtus de jupettes blanches, elles en costume designé blanc découpé strict, laissant apparaître le corps, le ventre. Ils sont  réunis en cercle comme des chamanes, les yeux cernés de blanc pour une "danse des 4 pas" inspirée des aborigènes Paiwan. Ils martèlent le sol, rythment leurs déplacements en figures et postures inédites dans une ferme rigueur et beaucoup de poids.Le rituel, la cérémonie se répète, les mots et paroles sourdent des gestes pour formuler une musicalité singulière dans un tempo et un ensemble choral très réussi. Le cercle se referme, les ombres sur le mur de la coupole de La Condition des Soies dessinent les contours d'un théâtre virtuel, esprit des lieux animés par ces prêtres de la Danse, communion esthétique tout de blanc, sur fond de pierres dorées.
A la Condition des Soies Avignon le Off

"Kathak à kontre-kourants" de Isabelle Anna de Kaleidans'Scop


Le rouge et le noir
Trois phases pour bousculer les images, la technique et les idées reçues sur la danse kathak, voici le projet fort bien mené en solo par une chorégraphe, interprète qui n'a pas froid aux yeux. Venue de Perse, d'Asie Centrale, de Grèce ou inspirée du flamenco sa danse est variée, inventive et puise aux sources en trois volets, traditionnel, inspiré dans "Mon Boléro"par le noir flamenco et par la combinaison des mots dans "Le Bal des mots" . Ce triptyque judicieux nous amène aux confins du langage de cette danse traversée par de multiples influences: alors un voyage esthétique, grammatical et phonique s'impose. Une danse savante, codée, sacrée s'y métamorphose à l'envie, technique, vivacité, intelligence rivées au corps de la pensée pour développer et prolonger un langage traditionnel figé. Du costume rouge tournoyant et cliquetant, au Noir boléro, du geste aux onomatopées, le vocabulaire s'enrichit, se prolonge avec grâce, sérieux, mutinerie et respect mêlés.
A l'Espace Alaya Avignon le Off

"Principe de précaution" de Myriam Soulanges de Back Art Diffusion et Marlène Myrtil de la Cie Kaméleonite

Le chlore des "pas connes" !
Un duo chorégraphique venu de la Martinique, Guadeloupe et Guyane où deux femmes emplumées de tutus colorés bigarrés pastichent les effets de la chlordécone, insecticide puissant utilisé dans les bananeraies aux Antilles.C'est tout d'abord de la folie sauvage, allumée, elles ont la "banane", le frite ou la pêche, elles sont "happy" hallucinées par les effets néfastes de ce poison toléré dans l'agriculture intensive de l'exportation. Pourtant le décor, plaque blanche glissante inclinée sera le terrain à haut risque de leurs évolutions: agrippées à cette pente descendante, elles cèdent ou résistent, grimpent ou dégringolent à l'envie tout en effeuillant les bananes empoisonnées .Elles passent de la joie, à l'euphorie, de la stupeur à la tétanie, de la peur partagée à l'amitié fraternelle, ces deux travailleuses enjouées de plantation, carrière à pesticide ou usine à gobelets en plastique blanc polluant.Pollution ou intox, on le sait et on le subit, on l'ignore ou on s'insurge: c'est ce dernier choix qu'elles proposent dans une rencontre dansée endiablée, tonique où dans une aire de détritus, les sacs à bananes sont poubelles ou masques: c'est "bon banania", et bien "planté"! Froufrous et gravité s'y côtoient dans l'humour pour évoquer une vraie question et faire réagir petits et grands, vidéo et musique au poing. Les "plongées" visuelles du plan incliné très cinématographiques sont bluffantes et l'empathie fonctionne: à fond la banane !
A la Chapelle du Verbe Incarné Avignon le Off

"Ré(z)oné  de Hubert Petit-Phar et Jean-Claude Bardu de La Mangrove


Filiation
Deux hommes, frères, père et fils ou camarades sont assis sur leur caisse de bois, de fortune, riches de leurs expériences à partager, ils échangent, s'opposent se rallient; ils dansent les générations, la passation, la transmission avec grâce, complicité et générosité Deux grands gaillards, t-shirts, torse nus ou en chemise blanche pour passer le temps et l'espace. Danse offerte, ouverte de grande envergure de bras offerts. Les regards s'échangent et avancent dans la compréhension ou l'adversité.
Père ou fils, dans l'allégresse communicative, leur danse décontractée, fluide et aérienne se goute avec délectation et poésie du geste à l'appui.
A La Chapelle du Verbe Incarné Avignon le Off

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire