mardi 4 février 2020

"Mémoire des corps : entre héritage et transmission": "décoller, avancer, franchir les barrières"


En direct de la dernière conférence du cycle « le féminin et la danse » en présence de Salia Sanou, Nancy Houston et Germaine Acogny. La pièce « Multiple-s » est à voir à @polesudstrasbourg MA 04 + ME 05 FÉV à 20:30
Une belle rencontre que cette "conférence" qui n'en aura de forme, que ce que les artistes en feront 
Trois interprètes, danseurs, chorégraphe, écrivaine réunis pour un échange orchestré par Guillaume Sintes, préparé par Irene Filiberti, représentant chacun, l'Université, l'autre Pole Sud, creuset de la culture et de la création chorégraphique à Strasbourg et bien au delà !
Chacun, après avoir été présenté quasi exhaustivement dans leur parcours respectif d'auteurs, d'animateur, d'enseignants, de passeur...
Mais "passer" quoi, si ce n'est dans le cas de Germaine Acogny, vu par Salia Sanou, le gout de l'échange. De la rencontre, au sein de sa propre famille: accueillir chez soi sa famille, c'est si différent que le contexte de la "niche" du studio de danse. C'est la "porte d'entrée de l'univers", cette convivialité insoupçonnée de Salia, face à son maitre à danser. Maitre/ Elève: les frontières s'abolissent, la barrière disparaIt quand Salia demande à Germaine d'improviser sur le rituel de la connaissance. Il découvre une femme rayonnante, généreuse, disponible, différente de son statu et attitude de professeur...Des aveux plein de tendresse et de respect, de considération, les uns vis à vis des autres. Que cette question du "chaos" abordée aussi ce soir là dans le cursus de Salia avec sa création "Désir d'Horizons"- un travail chorégraphique dans les camps de réfugiés du Burkina Faso-...Quant à Nancy Huston, on découvre une femme battante, porteuse de révolte et d'insurrection, de soulèvement, à la manière d'un danseur, elle-même très "physique" dans son attitude de vie, avec sa force d'activités très puissante, son désir de jeu théâtral où elle se jette à l'eau malgré quelques réticences, quelques questionnement. Comment évoquer la colère dans une marche en diagonale, seule et unique consigne du chorégraphe pour évoluer dans l'espace; Les mots extraits d'une de ses récentes oeuvres écrites fait office de canevas, des "mots en résonance avec le corps" où la suspension de l'efficacité, le savoir être un autre, opèrent dans le champ de la métamorphose et du "non codifié": ce qu'elle a vécu auparavant dans sa vie névrotique où chaque chose inscrite dictait le cour de sa vie !
"Décoller, s'y mettre et ne jamais s'arrêter": une ode au risque, à l'étrange, à l'inconnu qui guident les processus de création de ce trèfle à quatre feuilles-ce soir là trois folioles danseur-comédien-lectrice...
Des artistes à fleur de peau, animés par l'énergie de l'espoir et du savoir-être, savoir vivre ensemble, au service de la création et de l'échange
Une rencontre extra-ordinaire où le jeune public étudiant a su se retrouver nombreux et attentif, témoin du terreau de création des uns et des autres pour faire pousser les graines de l'incorrection et de l'indisciplinarité dans l'écrin du spectacle vivant et de leur démarche de passeur de flamme chorégraphique!
Le vent se lève ! En mouvements perpétuels.... Et "multiple(s)" .

A l'Atrium le 3 Février





0 commentaires:

Publier un commentaire