vendredi 10 avril 2015

"Antigone" : du XXL pour EXTRA Danse, du "extra large" à 360 ° !



Oui, la danse c'est extra et Strasbourg extrapole ce slogan, devenu légende grâce à Léo Ferré !
Strasbourg, métro-pôle, méga-pôle, mégalo-pôle de la danse durant son festival désormais en deux temps, deux sets de plateau d'avril à fin mai
La danse se taille du sur mesure.........
Extra-ordinaire, extra-lucide, extra-vaguant et voguant en ce qui concerne le spectacle à rallonge de Trajal Harell, "Antigone". Sur le plateau cinq personnages, cinq "garçons" dans le vent traversent l'espace, se présentent et tout démarre sur trois petits îlots blancs marqués au sol, trois solos vertigineux qui annoncent la couleur: de l'audace, de la singularité, de la performance.Solos débridés autant que mesurés sur des musiques exaltées: de bonne augure pour cette légende revisitée façon Trajal Harell, malicieux maître de cérémonie, astucieux en diable et truffé d'humour et de distanciation.

Sur le "voguing", la place est belle pour exposer à sa façon, les évolutions des quatre garçons dans des tenues extrêmement inventives: une gabardine, un carré Hermès (un faux) deviennent formes et matières inédites: un rien les habille, les façonne, façon Gaultier, Saint Laurent ou Rei Kawabuko 
Mais surtout pas "Comme des Garçons", ni comme des filles: pas de mascarades, ni travestissements outrageux, forcés ou caricaturaux.De la belle étoffe, des vêtements détournés qui s'exposent dans et sur les corps galvanisés des hommes, mannequins du voguing et de rien d'autre.Figures de défilé sur fond musical tantôt poétique, tantôt foldingue, c'est beau et touchant, subtil et très attachant.
Le péplum se taille la part belle et confère aux danseurs, poses, attitudes en "vogue" très parlantes!l
Et voguing, la danse dans ce spectacle où chaque instant est primordial et ce  durant plus de deux heures qui filent comme du bon coton dans cet univers rude aussi, implacable des époques évoquées.


On les quitte survolté et conquis, ravis par tant de tonus, de gaieté, de félicité et d'empathie La version XXL, on veut bien encore la prolonger, sans ourlet ni canevas, sans faufilage malgré la très inventive dramaturgie signée Gérard Mayen!


Présenté avec Pôle Sud et le Maillon au théâtre de Hautepierre  les 9 et 10 Avril 20H 30 dans le cadre du festival "Extradanse"

 "Hors contexte ? Trajal Harell déjoue l’histoire de la danse postmoderne, les légendaires années 60-70. Il en revisite clichés et esthétique. Mais nul besoin d’être expert en la matière pour profiter de sa drôle da’Antigone Sr, doucement ironique, subversive et presque nostalgique. Enveloppés de musiques, les corps dansent, performent, défilent entre ombres et lumières.
De bien étranges alliages composent cette proposition, une série formatée à la taille des T-shirt, du XS au XL etc. Les corps s’y présentent au monde dans une tourmente de signes lézardés par des émanations de théâtre antique, immergés, bousculés par un autre mouvement de la société américaine qui inspire beaucoup la danse du présent, le Voguing, issu du monde de la nuit new-yorkaise, voir le film Paris is Burning. Antigone, figure sacrifiée, entre morale et politique, le chorégraphe y revient, autrement. Sa question : “Peut-on voguer un mythe grec ancien, l’histoire de la fille d’Oedipe ?“"

0 commentaires:

Publier un commentaire