mercredi 1 avril 2015

"Carte blanche" à Olivier Roller aux Gobelins : montrer patte blanche ! Photo mé-tissée !


Il ne fait pas "tapisserie" aux Gobelins, Olivier Roller mais il opère un mé-tissage entre photographie et matière à tisser sa toile pour nous révéler un autre pan de son art: la scénographie et la mise en scène d'un concept, travail sur le geste de ceux qui sans cesse remette l'ouvrage sur le métier à tisser !
Dans le cadre de l'édition 2015 des journées européennes des métiers d'art. En écho à l'exposition l'Esprit et la main, la Galerie des Gobelins présente, dans le salon carré, une installation du photographe Olivier Roller. Intitulée "l'État du monde - la tapisserie comme allégorie du pouvoir", cette œuvre est une structure suspendue et souple sur laquelle sont fixées des clichés de visages tissés issus des collections du Mobilier national et de diverses institutions de la République. Autant de détails au travers desquels il tente de mettre en exergue toute la symbolique du pouvoir.

C'est très gestuel et profond, en spirale au dessus de nos têtes, comme un oriflamme, un drapeau déroulé où la vision des choses est suspendue, inatteignable, distancée, impressionnante comme le pouvoir !


Les gestes sont ceux de soldats à terre,de personnages enlacés autour d'une colonne,d'effets de draperie,de combattants chargeant, figures masculines bras levés: autant d'attitudes immortalisées dans la tapisserie, au fil des oeuvres tissées des Gobelins.
Manufacture du pouvoir et de sa représentation, voici la peau du monde politique épinglée au dessus de nos têtes comme un chapitre de l'histoire qui se déploie, se déroule, enlace l'univers.
Tisser, communiquer, photographier ! Et laisser planer le doute, le déséquilibre, en spirale, mouvement infini de la pensée libre!
"L'état du monde, la tapisserie comme allégorie du pouvoir" aux Gobelins jusqu'au 26 Juillet 2015

0 commentaires:

Publier un commentaire