lundi 20 avril 2015

Les fantômes de l'Opéra





Des Willis de "Giselle" aux chaussures "fantômes" de Lady Gaga (pour remplacer le vide quand elle en prend une paire dans son armoire !)

La danse du Fantôme (plaque de bois qui comble le vide quand un livre se déplace d'une étagère de bibliothèque)

Un ectoplasme dans une apparition-disparition, transparent, fugace, furtif prit la place d’un livre, le délivrant et se livrant à une escapade hors étagère ; « dans quel état j’erre » murmura-t-il.
Errance, transparence, évanescence, naissance, essence, connaissance.
Inconsistant, il danse, se substitue, se place et se déplace, saute de rayon en rayon et fait une fugue
Absence momentanée pour changement de domicile et de propriétaire.
Escapade d’un membre fantôme, fuite, dérobade, trahison à ses pairs, le fantôme danse
Il prend du volume, se feuillète, s’effeuille, page par page, va en enfer rejoindre par tranche sa tribu, se mettre sous sa couverture pour se  relier aux autres.
A livre ouvert, il danse dans la bibliothèque. Il s’en fiche, emprunte des chemins de traverse :il en connait un rayon !
On enquête sur sa disparition, détective à l’appui : Belphégor, Fantômette et Fantômas sortent de leurs gons !
Ni linceul, ni voile, il vole, oscille, vacille, gracile, fébrile.
En quête d’identité, d’altérité :qui l’a emprunté ?

ghost opéra de thierry olivier





0 commentaires:

Publier un commentaire