vendredi 9 novembre 2018

"John Scofield's Combo 66" : Bonne Route 66 pour l'ouverture de Jazzdor 2018 !


E2018, John Scofield renouvelle encore son inspiration pour son nouvel opus « Combo 66 ».
C'est à cet opus que le concert d’ouverture du Festival Jazzdor est consacré !

Le guitariste toujours très inspiré compose neuf morceaux pour son nouvel album qu’il a décidé de nommer « Combo 66 » en référence à son âge et aussi à ce nombre « 66 » qu’il associe à des musiques superbes comme le morceau « Route 66 » ou l’album « Brasil 66 ».Nouveau projet… nouveau combo acoustique. John Scofied forme donc un nouveau quartet auquel participe le toujours fidèle Bill Stewart à ses côtés depuis 1972. Pour la première fois le leader intègre un clavier dans son quartet acoustique, celui de Gerald Clayton auquel se joint le contrebassiste Vicente Archer que l’on a coutume d’écouter au sein du trio de Robert Glasper

.Le concert s'ouvre avec le souriant I Can’t Dance. Si le leader avoue son incapacité à danser, il possède par contre un sens incroyable du swing qui habite totalement ce thème. La guitare joyeuse et entraînante est accompagnée par les sons feutrés de l’orgue. Après l’improvisation échevelée de la guitare sur une ligne continue de walkin’basse, l’orgue enchaîne un solo ludique aux sonorités peu communes.Et puis c'est sans discontinuité, un flux de musique libre, inspirée, maîtrisée autant qu'improvisée, alerte, joviale et pleine d'entrain.

Des solos performances pour mieux distiller le talent de chacun des artistes interprètes, complices en diable et c'est tout un univers sonore empli de timbres propres à chaque instrument.
L'orgue Hammond des années 1970, comme emblème d'une époque, d'un répertoire bien reconnaissable. L'ensemble résonne audacieux, vif, empreint de sonorités complexes et plus d'une heure durant, la simplicité bon enfant du guitariste aux beaux cheveux blancs, inonde le plateau. Un concert de bonheur où se mêlent improvisation et maîtrise, laisser-passer et répertoire.Des morceaux plus "cool" bercent l'atmosphère et l'univers musical du guitariste s'impose, plein d’allant et de rebondissements.
Une ouverture de festival qui augure du meilleur, toujours sous la houlette de Philippe Ochem, encadré par une équipe soudée et enthousiaste, fidèle, comme à l'habitude !

A la Cité de la Musique et de la Danse ce Vendredi 9 Novembre

0 commentaires:

Publier un commentaire